Vaucluse : un gang de narcotrafiquants démantelé, sept individus mis en examen pour "association de malfaiteurs"

150 agents ont été mobilisés. Ce groupe utilisait des voitures volées et des armes de guerre pour partir en commando et effectuer des braquages ou des règlements de comptes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran Google Maps Vaucluse. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

Un groupe de narcotrafiquants a été démantelé lundi 15 novembre matin dans plusieurs villes du Vaucluse, à Avignon, Cavaillon et Entraigues-sur-la-Sorgue, dans le cadre d'une opération policière de grande ampleur, a appris jeudi 18 novembre franceinfo de source proche du dossier. Dix personnes ont été interpellées.

L'opération a mobilisé près de 150 fonctionnaires de la police judiciaire de Montpellier et d'Avignon, avec l'appui de policiers de la BRI et du RAID. Sept suspects, âgés pour la plupart d'une trentaine d'années et très connus des services de police, ont été interpellés. Les sept hommes ont été mis en examen jeudi 17 novembre pour "association de malfaiteurs", "trafic de stupéfiants" ou encore "recel de vol en bande organisée". Cinq ont été placés en détention provisoire, les deux autres placés sous contrôle judiciaire.

Braquages, règlements de comptes et importation de stupéfiants

Cette enquête avait débuté au printemps dernier. D'après une source proche de l'enquête, les surveillances ont permis d'établir que ce groupe utilisait des véhicules volés ainsi que des armes de guerre. Le groupe partait ensuite en commando, armé de AK-47, soupçonné, selon cette même source, d'effectuer des braquages, des règlements de comptes ou de l'importation de stupéfiants.

Ce commando est également suspecté de s'être disputé un important point de deal de Cavaillon pouvant rapporter jusqu'à 30 000 euros par jour, dans la cité du Docteur Ayme. Lors de leur opération, les policiers ont saisi dans plusieurs box trois voitures volées, trois armes, 650 munitions, trois gilets pare-balles, sept kilos de stupéfiants, ainsi que du matériel électronique servant à brouiller les dispositifs d'écoute des enquêteurs.

D'après une source proche, l'enquête se poursuit pour déterminer si ce commando armé est impliqué dans différents règlements de comptes survenus ces derniers mois dans les alentours d'Avignon, notamment dans la cité du Docteur Ayme de Cavaillon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.