Djihadisme : le CFCM s'organise pour contrer Daech

Le Conseil français du culte musulman passe à l'offensive contre la propagande djihadiste. L'instance considérée par l'Etat comme représentative des musulmans de France a mis en place ce dimanche un conseil théologique. Souvent critiqué par les fidèles pour son inaction, il espère contrer les arguments qui attirent les jeunes vers le djihad salafiste.

(le président du CFCM, Anouar Kbibech © maxPPP)

 Le Conseil français du culte musulman ne veut plus se cantonner à un rôle de gestionnaire administratif de l'islam de France. Il veut aussi avoir une voix sur des questions purement religieuses. Des questions de doctrine et d'interprétation des textes. La propagande des djihadistes, notamment sur internet via les réseaux sociaux,  a attiré des centaines de jeunes, partis rejoindre les rangs de Daech, en Syrie, en Irak ou les a entraînés à préparer, à commettre des attentats en France.

Des avis plutôt que des fatwas

Le conseil théologique doit donc dégager des arguments pour répondre point par point à cette vision guerrière de la religion. Il émettra des avis, un terme préféré à celui de fatwa. Sur des questions précises comme le djihad ou la hijra, c'est à dire l'émigration, l'exil. En faisant appel à des personnalités reconnues comme l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou, connu pour ses positions libérales. Ce conseil de 22 membres se réunira deux fois par an, plus des réunions extraordinaires si nécessaire. Toutes les sensibilités de l'islam français étaient présentes hier à sa réunion fondatrice, sauf les salafistes. L'UOIF ou le Tabligh, c'est à dire les piétistes littéralistes étaient présents. A travers cet organe, le CFCM espère faire un pas vers certification des imams, pour s'assurer que les prédicateurs respectent les valeurs républicaines. Ce qui ferait de lui le véritable organe officiel de l'islam en France et lui permettrait de contrer l'influence de la mouvance des Frères musulmans.