"Je n'ai pas l'impression que tout le monde soit revenu" : avec la crise du Covid-19, les monuments et les musées ne font pas le plein

Un mois après la rentrée les monuments et les musées parisiens sont peu visités. La crise sanitaire n’encourage pas les visites. Illustration au musée de l’Orangerie et au Panthéon, à Paris.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les visiteurs se font rares au Panthéon (illustration).  (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

Au Musée de l'Orangerie, l'exposition consacrée au peintre italien Giorgio De Chirico vient d'ouvrir. Quatre-vingts personnes se répartissent entre les quatre salles. Une fréquentation honorable pour un après-midi de semaine en pleine crise sanitaire, mais largement en-dessous de la jauge maximale actuelle. Deborah a 29 ans, et comme de nombreux visiteurs présents ce jour-là, elle fréquente beaucoup les musées : "J'ai l'impression que c'est très calme. Je n'ai pas l'impression que tout le monde soit revenu. Je pense qu'il y a beaucoup de retraités qui n'osent pas venir. Il n'y a pas beaucoup de jeunes non plus. Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui ont peur de prendre le métro pour venir dans les musées du centre de Paris." 

Les visiteurs peuvent prendre leur temps 

Dans les collections permanentes, qui bénéficie d'une nouvelle présentation. Ici, malgré les chefs-d'œuvre présentés, c'est encore plus calme. Une trentaine de personnes sont là. Parmi ces visiteurs, Blanche, une Toulousaine de 77 ans venue passer quatre jours à Paris avec ses petits-enfants. Elle apprécie les conditions actuelles de visite : "Elles sont idéales, vraiment idéales. Il n'y a personne. On est allés au Louvre et c'était pareil. Il y avait du monde devant la Joconde, bien sûr, mais on a fait plein de petites découvertes. On a pris du temps. C'était très agréable."

On s’en doutait un peu en venant que ce serait comme ça.

Blanche, 77 ans

à franceinfo

"Il faudrait que les gens se déplacent, mais on a peur aussi. Il faut faire vivre. La culture, c'est important."  Dans les salles qui abritent les Nymphéas de Claude Monet, l'ambiance est tout aussi tranquille, en l'absence des étrangers qui représentent 60% des visiteurs du musée.

Pas de file d’attente à l’entrée du Panthéon

Après l'Orangerie, direction le Panthéon. Aucune attente à l'entrée dans ce vaste monument qui n'accueille pourtant que 40% de visiteurs étrangers. Les visiteurs se font rares. Seules 14 personnes suivent une visite guidée et en un peu plus d'une heure, une quinzaine d'autres, des jeunes gens pour la plupart, en franchissent les portes. Parmi eux, plusieurs étudiants étrangers comme Jonathan, un Allemand de 24 ans . "Il y a très peu de visiteurs dans tout Paris. Je crois que pendant l'été, il y avait encore quelques personnes, mais là, avec la rentrée, il y a peu de monde. Je suis allé également à l’Arc de Triomphe, il y avait très peu de gens. Les Français ne viennent pas non plus."  Des Français néanmoins un peu plus présents le week-end. Samedi dernier,  le 26 septembre, le Panthéon a accueilli 1 400 visiteurs, un record en cette période.

Fréquentation au ralenti dans les musées et monuments parisiens : écoutez le reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.