Cet article date de plus de cinq ans.

Daniel Buren contre la ville de Lyon : "Je suis désespéré"

L’artiste Daniel Buren est en guerre contre la ville de Lyon car elle laisse à l’abandon son œuvre de la place des Terreaux. Sur France Info il estime que cette situation est "déplorable" et se dit "désespéré". Il indique cependant qu'il ne va pas porter plainte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (La place des Terreaux de Lyon © Maxppp)

Daniel Buren ne décolère pas contre la Ville de Lyon. L'artiste reproche à la municipalité de laisser à l'abandon la place des Terreaux, devant l'Hôtel-de-Ville, qu'il avait rénové il y a 21 ans sous la municipalité de Michel Noir. En installant notamment 69 fontaines à effet miroir qui n'ont quasiment jamais fonctionné.

 

"Je ne comprends pas comment on peut laisser en plein cœur de la ville sur une chose aussi formidable que cette place des Terreaux un endroit aussi important, même au niveau de l’espace, complètement sale et dégradé ", s’insurge l’artiste. Daniel Buren estime que c’est "une atteinte terrible au droit moral, parce que les gens continuent, sans doute à juste titre, à accoler mon nom à cette place et qu’est-ce qu’ils voient ? Quelque chose que je suis le premier à dénoncer depuis très longtemps, c’est-à-dire quelque chose qui n’a plus ni queue ni tête et qui ne ressemble à rien ".

"Ca fait douze ans qu’on me raconte la même histoire" (Daniel Buren)

 

La ville a répondu à l’artiste qu’elle allait restaurer de la place, mais Daniel Buren n’est "pas du tout " rassuré "parce que cela fait à peu près douze ans que l’on me raconte la même histoire ". Rien ne se passera jusqu’au prochain "petit coup d’énervement " où "on dira mais bien sûr tout est préparé dans deux ans, on attaque la place. Je n’y crois plus, c’est déplorable, mais on a tellement dit ou on s’occupe de tout ça et on ne s’est occupé de rien du tout que je suis un peu désespéré ".

"Je ne comprends pas comment on peut laisser en plein cœur de la ville sur une chose aussi formidable que cette place des Terreaux complètement sale et dégradée" (Daniel Buren)
écouter

Vandalisme municipal

La question de poursuivre la ville de Lyon pourrait se poser. Mais pour l’instant, "ce n’est du tout dans mon projet ", déclare Daniel Buren. "J’espère toujours que l’on peut arriver à régler cette histoire. Je pense qu’il faut de toute urgence la régler pour l’image même de la ville de Lyon qui ne mérite pas un tel laissé aller dans son centre, et puis pour qu’on ne continue pas à mettre mon nom sur quelque chose dont je ne suis plus l’auteur et qui est une sorte d’immondice toute cassée ".

 

Pour Daniel Buren, le gros problème de l’œuvre dans l’espace public c’est la maintenance qui est souvent négligée. "Le public ne sait pas qu’il y a des équipes qui travaillent dessus tout le temps et que s’il y a des fontaines à Lyon qui fonctionnent c’est qu’elles sont entretenues. Pour des raisons qui m’échappent celles de la place des Terreaux dès qu’elles ont eu un problème qui a fait qu’elles ne pouvaient plus fonctionner on n’a jamais fait ce qu’il fallait pour qu’elle remarche. La maintenance est vraiment le problème des œuvres publiques. On peut parler de vandalisme municipal ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.