Cet article date de plus de neuf ans.

Après la panne monstre, le PDG de France Télécom convoqué de toutes parts

Stéphane Richard est reçu mercredi par la ministre de l'Économie numérique, puis auditionné par la Commission des affaires économiques. L'autorité de régulation des télécoms (Arcep) prévoit elle de l'auditionner la semaine prochaine, après la panne géante de vendredi dernier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Stéphane Richard est un homme bien occupé, depuis la panne monstre de vendredi dernier. Le PDG de France Télécom est reçu mercredi par la ministre de l'Economie numérique et doit lui remettre un premier rapport interne sur les causes de l'incident. Ce rapport d'étape sera suivi par une expertise plus poussée, qui pourrait être remise d'ici fin juillet au gouvernement et à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep).

Fleur Pellerin, la ministre de l'Economie numérique, doit également s'entretenir avec les trois autres opérateurs "en fin de semaine ou la semaine prochaine ". Le but du gouvernement : faire le point sur les procédures en cas de crise, en attendant la publication rapide d'un décret qui pourra imposer un audit sur leurs réseaux.

Auditionné la semaine prochaine par l'Arcep

L'autorité de régulation des télécoms (Arcep) annonce mercredi qu'elle prévoit elle aussi d'auditionner le PDG de France Télécom dans le courant de la semaine prochaine. "Nous avons été informés de cet incident par le web ", a déclaré Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep, auditionné par la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée
nationale, ajoutant que Stéphane Richard l'avait appelé le samedi pour s'en excuser. "La responsabilité de la prévention des risques de défaillance et de leur traitement relève du gouvernement (...) Il était donc tout-à-fait légitime que le gouvernement se saisisse en premier de la question ", ajoute Jean-Ludovic Silicani.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.