Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Quand un juge enquête sur la prestigieuse Croix-Rouge monégasque

Le 10 juin 2020, "Pièces à conviction" raconte le combat d'un juge pour mettre au jour un scandale de corruption qui a éclaboussé les autorités monégasques. Edouard Levrault a enquêté pendant près de trois ans sur les liens troubles de certains représentants du pouvoir avec le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev. Ses investigations l'ont l'amené à s'interroger sur le rôle de la Croix-Rouge monégasque...

Le 10 juin 2020, "Pièces à conviction" raconte le combat contre la corruption d'un juge d'instruction détaché  par la France dans la principauté de Monaco. Pendant près de trois ans, Edouard Levrault a enquêté sur les liens troubles de certains représentants du pouvoir avec Dmitri Rybolovlev, milliardaire russe et figure incontournable du Rocher, propriétaire de l'AS Monaco. Ses investigations l'ont l'amené à s'interroger sur le rôle de la Croix-Rouge monégasque. Sur le Rocher, c'est une institution prestigieuse, présidée par le prince Albert II lui-même. Son vice-président est alors le ministre de la Justice, Philippe Narmino.

Ce dernier annonce son départ à la retraite anticipée peu après les premières révélations de l'enquête, parues dans Le Monde du 14 septembre 2017. Le juge, qui veut en savoir plus sur les liens entre le milliardaire russe et Philippe Narmino, met celui-ci en garde à vue, et décide de faire perquisitionner son domicile. A l'intérieur d'un coffre-fort, les policiers trouvent des bijoux et des montres. Ils photographient aussi une carte de crédit, mais étrangement, celle-ci n'apparaît pas sur le procès-verbal de la perquisition.

Les généreux donateurs du Grand Gala annuel

Cette carte appartient à Philippe Narmino. C'est le ministre lui-même qui, lors d'une audition, explique qu'elle est liée à un compte de la Croix-Rouge monégasque. Lors de son gala annuel, rendez-vous du gotha international, la prestigieuse organisation se voit parfois offrir plusieurs centaines de milliers d'euros par de généreux donateurs. La Croix-Rouge n'aurait-elle pas pu être utilisée par le ministre pour recevoir des cadeaux du milliardaire russe ?

125 000 euros de retraits en liquide...

Le juge ordonne alors la saisie de l'ensemble de la comptabilité de la Croix-Rouge. Sur un des relevés bancaires, le magistrat retrouve le nom de Dmitri Rybolovlev. L'homme d'affaires russe a versé 100 000 euros en avril 2015 sur l'un des comptes de l'association. Les relevés du même compte montrent d'importants retraits en liquide, pour plus de 125 000 euros au total. Trois personnes sont habilitées à effectuer de tels retraits : le prince Albert II, Philippe Narmino, et la trésorière de l'association, Bettina Ragazzoni.

... pour offrir des paniers-repas aux secouristes ?

Le ministre n'a pas souhaité s'exprimer sur ces retraits. Interrogée, la trésorière affirme que "l'intégralité des dépenses en espèces concerne des paiements de dépenses relatives à la crèche, la garderie, et des paniers-repas distribués aux secouristes et infirmières". Plus de 125 000 euros en liquide pour la garderie et des paniers-repas ? On peut se demander si ces dépenses sont habituelles pour l'institution...

Extrait de "Scandales à Monaco : les révélations d’un juge", une enquête à voir dans "Pièces à conviction" le 10 juin 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

La Croix-Rouge monégasque a-t-elle pu servir de paravent dans une affaire de corruption au sommet du Rocher ? 
La Croix-Rouge monégasque a-t-elle pu servir de paravent dans une affaire de corruption au sommet du Rocher ?  (PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3)