Procès des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : la parole à la défense

Quatre ans de prison dont deux fermes ont été requis mardi 8 novembre contre Nicolas Sarkozy et ses deux coprévenus dans le procès dit "des écoutes". La parole était, mercredi 9 décembre, à la défense. 

France 2

"Cette défense, Nicolas Sarkozy est venu l’écouter avec son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, qui est allée s’asseoir au premier rang", rapporte Éric Pelletier, journaliste France Télévisons en duplex depuis de palais de justice de Paris. Me Jacqueline Laffont a "d’abord dénoncé l’incompréhensible sévérité du réquisitoire d’hier", jugeant qu’il s’agit d’un dossier fait "d’écoutes" mais avant tout "d’interprétations, à des années lumières d’un pacte de corruption".

2h30 de plaidoirie 

L’avocate souhaiterait réduire la portée de ces écoutes "à de simples bavardages entre un client angoissé et un avocat affectueux", rapporte le journaliste. Elle conclut : ‘puisque vous êtes les représentants de cette justice libre et impartiale, vous relaxerez Nicolas Sarkozy’". Après 2h30 de plaidoirie, Jacqueline Laffont "a autant défendu son client qu’instruit le procès du parquet national financier", conclut Éric Pelletier.   

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien président Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy, après une audience du procès des \"écoutes\", le 9 décembre 2020 au palais de justice de Paris.
L'ancien président Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy, après une audience du procès des "écoutes", le 9 décembre 2020 au palais de justice de Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)