Financements libyens de 2007 : Nicolas Sarkozy entendu par les juges

L'enquête porte sur de possibles soutiens financiers libyens dont Nicolas Sarkozy aurait bénéficié durant la campagne présidentielle de 2007. Dans ce dossier, l'ancien président de la République a été mis en examen en mars 2018.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, le 2 octobre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Nicolas Sarkozy est entendu, mardi 6 octobre, par les juges dans l'affaire des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

Dans ce dossier, l'ancien président de la République a été mis en examen en mars 2018 pour "corruption passive", "recel de détournement de fonds publics" et "financement illégal de campagne". Il est également placé sous contrôle judiciaire.

>>> Financement libyen de 2007 : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches.

Cet interrogatoire intervient après un arrêt de la cour d'appel de Paris, le 24 septembre, qui a très largement validé l'enquête alors que les avocats de Nicolas Sarkozy et de ses anciens ministres Claude Guéant, Eric Woerth et Brice Hortefeux avaient soulevé toute une série de nullités contre ces investigations. Nicolas Sarkozy s'est pourvu en cassation le 28 septembre contre cet arrêt.

Les investigations ont été lancées il y a huit ans, après la publication par le site d'information Mediapart en 2012, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, d'un document censé prouver un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime de Kadhafi.

En novembre 2016, l'homme d'affaires Ziad Takieddine a affirmé avoir remis, entre fin 2006 et début 2007, cinq millions d'euros à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et à son directeur de cabinet Claude Guéant.Toutefois, aucune preuve matérielle n'avait été retrouvée, même si des mouvements de fonds suspects ont conduit à neuf mises en examen à ce jour.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.