Flics et indics : Michel Neyret tente un mea culpa auprès du tribunal

L'ex-numéro deux de la PJ lyonnaise est jugé depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour corruption et trafic d'influence, notamment. 

Michel Neyret devant le tribunal correctionnel de Paris, le 2 mai 2016.
Michel Neyret devant le tribunal correctionnel de Paris, le 2 mai 2016. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

"J'essaie d'expliquer ma démarche." Michel Neyret est à la barre depuis plusieurs heures ce lundi 2 mai. Après quatre ans de procédure, l'ancien directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon (Rhône) peut enfin s'expliquer sur les relations particulières qu'il entretenait avec ses informateurs. Relations troubles qui lui ont valu d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour, notamment, corruption passive, trafic d'influence passif et détournement de scellés de stupéfiants. 

Dans son costume gris impeccable, Michel Neyret l'admet volontiers : "J'ai été d'une imprudence absolue, pris dans la certitude de ma relation avec mes contacts." L'ancien flic, qui se présente comme "retraité de la police nationale", est poursuivi pour avoir fourni des renseignements à certains de ses "tontons" en échange de cadeaux et de séjours luxueux. Il lui est aussi reproché des saisies de stupéfiants pour rémunérer ses indics.

Deux informateurs non immatriculés

Si l'ex-patron de l'antigang lyonnais fait contrition – "j'ai conscience des risques que ma démarche a fait encourir" –, il dément avoir basculé du côté des voyous qu'il fréquentait.

Je n'ai jamais donné une information qui a empêché une enquête de se développer.Michel Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

"Je vais regarder dans le Code pénal mais le délit de violation du secret professionnel ne nécessite pas qu'une enquête soit compromise pour être constitué", raille le président du tribunal. Michel Neyret a consulté plusieurs fiches de recherche, notamment sur Interpol, pour le compte d'un certain Stéphane Alzraa, prévenu dans le dossier mais en fuite. Ce golden boy lui a été présenté par Gilles Benichou, autre figure de l'affaire, également absent de ce procès. Les deux hommes ne figuraient pas au Bureau central des sources, fichier sur lequel doivent être inscrites depuis 2004 les sources de la police. 

Pourquoi ne pas les avoir immatriculés ? "Bon nombre d'informateurs, s'ils ne cherchent pas à être rémunérés pour leurs services, refusent d'être immatriculés", explique, professoral, Michel Neyret. Sans se départir de son ton affable, l'ancien ponte de la PJ convient toutefois avoir péché par habitude : "Je m'estimais suffisamment fort pour gérer ces relations tout seul. A tort, je le sais maintenant."

Un retour sur investissement

Les deux mains accrochées au pupitre, le prévenu expose l'école Neyret, fondée "sur le travail de terrain" depuis sa prise en main de la Brigade de recherche et d'information (BRI) de Lyon en 1984 : "J'ai développé cette politique des renseignements. Je me suis mis à corps perdu dans la manipulation des informateurs." Michel Neyret a-t-il fini par être manipulé à son tour ? Le président du tribunal s'interroge : comment un homme, avec des états de service aussi brillants, a-t-il pu prendre de tels risques sans contrepartie en retour ?

"Stéphane Alzraa, il ne vous a rien amené en tant qu'informateur ?

- C'est toute la question...

- C'est la question que je vous pose."

Michel Neyret, dont le débit est fluide et rapide, assure avoir voulu se rapprocher de cet individu pour ses connexions avec le "grand banditisme et la criminalité juive". "Avec Stéphane Alzraa, on est dans l'escroquerie et la fraude fiscale, un milieu que vous ne traitiez pas du tout", lui fait observer la procureure. Michel Neyret insiste : avec Stéphane Alzraa comme avec tous ses informateurs, il misait sur un retour sur investissement. 

La relation policier-informateur, ce n'est pas un renseignement opérationnel immédiat.Michel Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

Il s'est brûlé les ailes

"Ma pratique, ma philosophie, c'est de cultiver un informateur sur une vie professionnelle. Ce n'est pas un 'one-shot'", poursuit Michel Neyret, évoquant une "relation personnelle forte", "de confiance", qui exige "une charge de travail considérable", avec de nombreuses sollicitations de la part de la source. Quand Michel Neyret quitte le terrain en 2007 pour devenir numéro 2 de la Direction interrégionale de la PJ de Lyon, il n'abandonne pas "ses" informateurs. "Même si ce n'était plus dans mes attributions, j'ai continué à le faire." Quitte à se brûler les ailes, auprès de Stéphane Alzraa mais aussi de Gilles Benichou. Celui par qui toute l'affaire a commencé.

A la barre, Michel Neyret le décrit comme un "hâbleur qui connaît le milieu juif lyonnais par cœur". Le policier pensait pouvoir "bénéficier de sa connaissance et de son environnement". Il s'est fait piéger par la tendance à l'exagération de son "amigo" au téléphone. Sur écoute, celui-ci affirme qu'il est devenu la personne la plus importante au monde pour Neyret. De la "commedia dell'arte", résume madame Nicole Neyret, petite femme blonde apprêtée, jugée pour recel de corruption et de trafic d'influence passifs aux côtés de son mari.

"Il voulait se faire valoir, je regrette son absence ici", estime aujourd'hui Michel Neyret. La chaise vide de Gilles Benichou est à double tranchant pour la défense. Si les absents ont toujours tort, "la personnalité haute en couleur de cet homme aurait parlé pour elle-même", et ce, plutôt en faveur du principal prévenu, estime une avocate. De quoi nuire au débat contradictoire dans un procès prévu pour durer trois semaines.