Cet article date de plus de six ans.

Accusée de "propagande islamique" par des sites proches de l'extrême-droite, une école maternelle d'Angers saisit la justice

Début avril, deux sites ont diffusé une rumeur selon laquelle les enfants de cette école maternelle d'Angers auraient appris une "comptine" sur l'islam.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La ville d'Angers (Maine-et-Loireà, le 26 octobre 2017. (MAXPPP)

"C’est de la diffamation", affirme l'enseignante, contactée par Ouest-France. Deux semaines plus tôt, deux sites internet proches de l'extrême-droite ont diffusé une rumeur sur une école maternelle d'Angers (Maine-et-Loire). Dans leurs articles, les sites Riposte Laïque et Salon beige ont affirmé que l'école avait fait de la "propagande islamique" auprès de ses élèves. Une rumeur démentie par le quotidien régional, samedi 28 avril.

"Tout est archifaux"

Dans un texte d'une trentaine de lignes publié le 12 avril, le site Riposte Laïque affirme donner la parole à un père de deux enfants scolarisés dans une maternelle d'Angers, qui s'étonne que ses enfants aient appris à l'école la comptine Bismillah, destinée à apprendre aux enfants musulmans à faire leurs douhas (invocations). De son côté, le site Salon beige, décrit comme "blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques", affirme qu'une de ses lectrices dont l'enfant de 5 ans est scolarisé à l'école maternelle d'Angers a aussi appris cette comptine. Le site affirme même que la directrice de l'école se serait justifiée en invoquant "l'ouverture aux cultures étrangères".

Contactée par Ouest-France, l'enseignante conteste et assure n'avoir jamais enseigné cette comptine. "Personne n’est jamais venu nous voir pour contester quoi que ce soit. Nous avons envoyé un courrier au procureur de la République. C’est une véritable atteinte à notre métier." Avertie de cette rumeur, l'adjointe à la petite enfance d'Angers, Caroline Fel assure que "tout est archifaux""C’est une énorme calomnie, sans aucun fondement. Dès le lendemain, je me suis rapprochée de l’Éducation nationale et des personnels de l’école."

Ce sont des méthodes indignes qui sabotent le boulot silencieux, mais indispensable, des agents et des enseignants pour garantir la laïcité dans nos écoles.

Caroline Fel, adjointe à la petite enfance d'Angers

à Ouest-France

Contacté par Ouest-France, Riposte Laïque assume ne pas avoir vérifié l'information. "Nous ne voyons pas pourquoi nous devrions interroger une directrice d’école dont nous n’avons pas cité l’établissement dans notre article. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.