Abattoir d'Alès : la justice ouvre une enquête, le patron porte plainte pour "atteinte à la vie privée"

Le parquet d'Alès, dans le Gard, a annoncé jeudi avoir ouvert une enquête pour "faits d'acte de cruauté, mauvais traitements sur animaux" sur l'abattoir de la ville, après la diffusion d'une vidéo. Le responsable de l'établissement, de son côté, a déposé plainte pour atteinte à la vie privée.

(Le parquet d'Alès a ouvert une enquête pour mauvais traitements et actes de cruauté sur les animaux. © Maxppp)

Le procureur de la république d'Alès avait demandé mercredi la fermeture de l'abattoir de la ville après la diffusion d'une vidéo choc. Le parquet a annoncé ce jeudi avoir ouvert une enquête pour "faits d'acte de cruauté, mauvais traitements sur animaux". Elle a été confiée à la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires en cosaisine avec la section de recherches de la gendarmerie de Nîmes. Elle fait suite au dépôt de plainte d'une association dénonçant les conditions dans lesquelles les animaux sont abattus dans l'établissement. La vidéo diffusée sur Internet et très largement reprise, avait d'ailleurs provoqué la fermeture à titre conservatoire de l'abattoir, sur décision du maire.

Il y a dans cette affaire une seconde plainte : celle du responsable de l'abattoir. Il a déposé plainte pour "atteinte à la vie privée par fixation ou transmission de l'image des personnes", à cause également de la diffusion de la vidéo, qui montre les salariés effectuant leurs tâches.