Cet article date de plus de deux ans.

8-Mai : plus de dons pour le coquelicot britannique que pour le bleuet français

Le 8 mai et le 11 novembre, bleuets et coquelicots sont vendus au profit des anciens combattants, en France et en Grande-Bretagne. Mais le coquelicot britannique rapporte 50 fois plus de dons que le bleuet français. Une différence qui est essentiellement culturelle.

Article rédigé par
Franck Cognard - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande (à droite) et Emmanuel Macron (à gauche), assistent à la commémoration de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie de 1945, devant l'Arc de Triomphe à Paris, le 8 mai 2017. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY)

"En Angleterre, on peut acheter des coquelicots dans n'importe quel magasin. À la télévision, tous les présentateurs en portent un. Même les entraîneurs de foot ont un coquelicot sur leur veste", raconte John Lichfield du journal The Independant. Les deux fleurs, bleue pour la Française, rouge pour l'Anglaise, se portent à la boutonnière. Les deux sont en papier et sont nées dans les années 20, juste après la Première guerre mondiale. Chaque année en France, à l'occasion du 8-Mai, l'association Le Bleuet de France recueille plus d'un million d'euros de dons. Outre-Manche, le "poppy" réussit quant à lui à rapporter près de 50 millions d'euros. Pourquoi une telle différence ? "C'est culturel, répond John Lichfield, quand j'étais petit il y avait des ventes de coquelicots dans toutes les écoles et cela existe toujours."

Le "poppy", symbole également politique

Au Royaume-Uni, le succès du coquelicot a aussi son revers. Celles et ceux qui ne l'arborent pas le 11 novembre sont régulièrement pris à partie pour leur manque de patriotisme. De symbole culturel, le "poppy" est aussi devenu un symbole politique.

Reportage franceinfo de Franck Cognard
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.