Finistère : des collégiens fabriquent une prothèse de main en 3D pour un adolescent

Avec l'aide de leur professeur de technologie, des élèves de cinquième ont imprimé une prothèse pour Erwan, né avec une malformation de la main droite.

Une prothèse imprimée en 3D, présentée à New York en avril 2015. Le même type de modèle que celle conçue par les collégiens du Finistère.
Une prothèse imprimée en 3D, présentée à New York en avril 2015. Le même type de modèle que celle conçue par les collégiens du Finistère. (CEM OZDEL / ANADOLU AGENCY / AFP)

La classe de cinquième du collège Saint-Joseph de Concarneau (Finistère) peut être fière d'elle. Avec l'aide de leur professeur de technologie, les élèves ont conçu et imprimé en 3D une prothèse de main pour un autre adolescent. Ce dernier, né avec une malformation de la main droite, a déjà commence à l'utiliser. "La trottinette, ça marche. Maintenant, il faut que j'essaye de faire du vélo", a raconté Erwan Brendlin, 12 ans, à Ouest France, vendredi 31 mars.

Cette prouesse a été rendue possible grâce à l'association américaine e-Nable. Sur son site internet, dessins et mesures sont disponibles pour produire des mains imprimées en 3D. Ces prothèses en plastique fonctionnent sans moteur. Comment ? Lorsque le poignet est plié, de fins câbles fixés au niveau de l'avant-bras vont actionner les doigts afin de les fermer et d'agripper. La main s'ouvre d'elle-même lorsque le poignet est relâché.

"Ça a été bénéfique dans les deux sens"

Les élèves se sont retrouvés pendant trois semaines et ont fabriqué chacune des pièces nécessaires avec une imprimante 3D. Au total, il a fallu une trentaine d'heures d'impression, pour un coût en matériel très faible, estimé à 30 euros.

Résultat : Erwan va porter cette main quotidiennement, dès la semaine prochaine. "J'attendais d'être vraiment à l'aise avec", a expliqué le jeune homme à Ouest France. "Ça a été bénéfique dans les deux sens, a estimé de son côté le professeur de technologie. Si le site nous met en relation avec un autre demandeur, on recommencera sans hésiter."