Ces lentilles de contact sont capables de zoomer en un clin d'œil

En Suisse, un chercheur en optique a mis au point une lentille qui doit permettre aux personnes atteintes de dégénérescence maculaire de voir, et aux autres, de voir de plus près.

La lentille de contact téléscopique mise au point par le chercheur Eric Tremblay, à l\'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse.
La lentille de contact téléscopique mise au point par le chercheur Eric Tremblay, à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse. (ERIC TREMBLAY / EPFL)

Pour zoomer, il suffira de cligner. Mais il faudra d'abord patienter avant de voir arriver sur le marché les lentilles de contact téléscopiques développées par Eric Tremblay, chercheur en optique à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse). "Nous n'en sommes vraiment qu'au stade de la recherche, c'est important de le souligner", insiste-t-il, vendredi 20 février. Présenté au congrès de l’American Society for the Advancement of Science (AAAS), à San Jose (Californie), le prototype a tout de même fait forte impression.

A droite pour zoomer, à gauche pour annuler

En 2013 déjà, Eric Tremblay avait présenté une première version d'une lentille de contact capable de grossir 2,8 fois l'image, grâce à un réseau de miroirs en aluminium. Comme dans un téléscope, mais minuscule. Il s'agissait de compenser la perte de vision entraînée par la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Le principe de base n'a pas changé, mais il manquait au dispositif un interrupteur, permettant de passer de la vue normale à la vue grossie.

Les lentilles télescopiques sont à présent accompagnées d’une paire de lunettes électroniques, qui permettent de déclencher et désactiver le zoom littéralement en un clin d'œil. Pour passer en mode agrandi, l’utilisateur cligne de l'œil droit, ce qui active un filtre polarisé qui change l'angle d'entrée de la lumière sur la lentille. Un clignement de l'œil gauche rétablit la vision normale. Les lunettes sont équipées d'un détecteur qui distingue les clignements volontaires des battements de cils.

Impossible de les porter plus de cinq minutes

Jusqu'à présent, seules cinq personnes ont testé, un bref instant, ces lentilles, raconte Eric Tremblay. Malgré leur épaisseur, qui atteint 1,55 millimètre (0,2 millimètre pour les lentilles classiques), et leur grand diamètre, elles seraient confortables, mais pas plus de quelques minutes. "Il reste un problème majeur à régler : la perméabilité à l'oxygène", explique Eric Tremblay à francetv info.

Les lentilles de contact classiques, souples comme rigides, laissent l'oxygène arriver à la cornée. "C'est indispensable pour pouvoir les porter plus de cinq minutes", poursuit le chercheur. Pour remédier au problème, les chercheurs ont creusé de microscopiques canaux dans la face intérieure de la lentille, en guise de système d'aération.

A terme, "pas avant plusieurs années", ces lentilles de contact télescopiques pourraient également trouver un usage militaire ou même dans les loisirs, en remplacement de jumelles. Mais avant de voir le système commercialisé, il faudra aussi s'occuper du design. Pour le moment, le prototype ressemble à cela. Plus encombrant encore que les Google Glass.

Prototype de lentilles de contact télescopiques et des lunettes qui servent à les contrôler.
Prototype de lentilles de contact télescopiques et des lunettes qui servent à les contrôler. (ERIC TREMBLAY / EPFL)