Cet article date de plus de huit ans.

Apple va rembourser les achats non autorisés des enfants

Aux Etats-Unis, le géant américain va redonner au moins 32,5 millions d'euros aux parents dont les enfants ont fait des achats à leur insu. Un accord à l'amiable a été trouvé entre Apple et le gendarme de la concurrence et de la protection des consommateurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (AK Radio France)

Les parents américains dont les enfants ont fait des
achats non autorisés sur l'iPhone vont pouvoir être remboursés. La commission fédérale du Commerce (FTC), gendarme américain
de la concurrence et de la protection des consommateurs a trouvé mercredi un
accord avec Apple. Montant à rembourser : au moins 32,5 millions de dollars, soit 24 millions d'euros. L'accord prévoit aussi qu'Apple modifie ses méthodes de facturation
de façon à avoir obtenu l'aval des consommateurs avant de leur facturer des
achats intégrés à des applications mobiles.

Sont concernés :
les achats faits par les enfants dans les jeux proposés par l'App Store et qui
permettaient d'acquérir des objets ou de l'argent virtuel grâce auquel il était
possible de progresser d'avantage dans le jeu. Selon le FTC, les coûts allaient
de 0,99 euros à 99,999 dollars.

Une petite fille qui a dépensé 2.600 dollars 

La commission américaine accuse Apple de ne pas prendre assez de protection. En effet, dans les jeux incriminés, seul "un écran demandant à un parent
d'entrer un mot de passe dans l'application pour enfant, sans expliquer que
rentrer ce mot de passe servait à finaliser un achat
" s'affiche. Pendant
15 minutes, l'enfant peut dépenser sans compter.

Des dizaines de milliers d'Américains ont porté plainte contre Apple en
citant notamment le cas d'une petite fille qui a dépensé 2.600 dollars
en jouant à "Tap pet hotel". 

A LIRE AUSSI ►►► La NSA espionne-t-elle les iPhones ? Tout dépend du propriétaire 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.