Tourisme spatial, SpaceX, ambitions de la Nasa : "La Lune est redevenue la priorité"

Les projets de l'entreprise privée SpaceX d'Elon Musk comme ceux de la Nasa, sur fond de nouvelle politique spatiale américaine, relancent la course vers la Lune.

La Lune photographiée le 31 janvier 2018, lors du phénomène de \"super Lune\".
La Lune photographiée le 31 janvier 2018, lors du phénomène de "super Lune". (ROBERT ATANASOVSKI / AFP)

"La Lune est redevenue la priorité, notamment du point de vue de l'administration américaine", estime mardi 9 octobre sur franceinfo Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, spécialisée dans le secteur spatial américain, alors que SpaceX prévoit d'emmener en 2023 le premier touriste dans l'espace, le milliardaire japonais Yusaku Maezawa.

"C'est un jeu de ping-pong politique : la Lune était une priorité sous George W. Bush. Barack Obama trouvait que c'était un objectif coûteux et assez inutile, il préférait que la Nasa prépare un voyage à plus long terme vers Mars. Et aujourd'hui, on se recentre sur la Lune et on redonne à la Nasa une feuille de route pour s'organiser", décrypte le spécialiste.

Depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump s'est investi dans les sujets spatiaux, reprenant à son compte le vocabulaire historique des "nouvelles frontières". Il a cherché à augmenter le budget de la Nasa, et ordonné à l'agence spatiale américaine de retourner sur la Lune pour la première fois depuis 1972, et de préparer des missions vers Mars.

Cela coûterait moins cher d'aller sur la Lune et c'est bien plus réaliste du point de vue technique. On sait aller sur la Lune alors que Mars, ce serait un voyage de plusieurs mois très dangereux.Xavier Pascoà franceinfo

Mais cette nouvelle course vers la Lune est aussi l'occasion d'une nouvelle répartition des rôles entre la Nasa et l'entreprise SpaceX d'Elon Musk : ce voyage en 2023 "servirait à SpaceX à démontrer qu'il détient les éléments de base pour constituer un futur programme d'exploration, qui viendrait aux côtés de la Nasa renforcer les perspectives d'exploration, notamment martienne".

"Jeff Bezos, le patron d'Amazon, construit de son côté un très gros lanceur, explique Xavier Pasco. Sans doute pour aller en orbite d'abord, puis explorer la Lune et peut-être Mars." A ce stade, le projet Blue Origin du patron d'Amazon prévoit de vendre dès 2019 des places à bord de sa fusée New Shepard, qui emmènera six personnes dans l'espace, à plus de 100 kilomètres d'altitude.

"La Nasa avait une relation classique avec les industriels, de maître d'ouvrage à sous-traitant, décrypte Xavier Pasco. Aujourd'hui, Musk est un partenaire. On assiste à des relations assez nouvelles". Le milliardaire Yusaku Maezawa serait le premier humain à faire le tour de la Lune depuis la fin du programme Apollo en 1972.