Cet article date de plus de six ans.

Claudie Haigneré souhaite à Thomas Pesquet un "atterrissage en douceur"

Pour Claudie Haigneré, conseillière auprès du directeur général à l’Agence spatiale européenne, le retour de Thomas Pesquet illustre le début "d'une carrière de 10-15 ans pendant laquelle il va avoir de nouvelles missions".

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Claudie Haigneré, le 2 juin 2017. (FRANCEINFO)

L'astronaute Thomas Pesquet s'apprête à rentrer sur Terre. "L'aventure n'est pas du tout finie pour Thomas, c'est la fin de cette mission", a expliqué sur franceinfo Claudie Haigneré, astronaute ayant passé 16 jours dans l’espace en 1996 et qui est aujourd'hui conseillière auprès du directeur général à l’Agence spatiale européenne.

franceinfo : Comment cela se passe-t-il avant le retour sur Terre ?

Claudie Haigneré : Je crois que Thomas est très concentré sur cette phase de retour de la mission qui est importante. Il a déjà vérifié que tout était prêt pour ce retour. Une fois que tout sera vérifié, ils fermeront l'écoutille, il y aura ce désamarrage par pyrotechnie, ce recul progressif par rapport à la station, un demi-tour, l'impulsion de freinage quand on est à distance de la station. Avant le début du retour et l'entrée dans les couches de l'atmosphère. La mise en orbite est assez progressive, le retour est un moment un peu plus intense parce qu'il faut passer de 28 000 km/h, vitesse de satellisation à un impact le plus doux possible.

Comment se passe l'atterrissage ?

Il y a une impulsion de freinage pour pouvoir commencer à décélérer, ensuite la rentrée dans les couches denses de l'atmosphère qui est un moment de freinage avec un moment d'échauffement considérable, 1 600 à 1 800 degrés à l'extérieur. De l'intérieur, on voit les hublots qui commencent à se noircir, avec les petites flammèches. Ensuite, il y a une stabilisation du vaisseau, l'ouverture de la grande coupole de 1 000 mètres carrés du barrage qui continuent à ralentir, et puis à 70 cm du sol l'allumage des six rétrofusées qui vont permettre d'atténuer l'impact.

Faut-il se remémorer les procédures au moment de descendre ?

Les astronautes sont très entraînés, donc tout cela ils l'ont bien ancré. Thomas Pesquet s'est préparé à ce retour, il fait 2 heures par jour d'exercices physiques de façon à permettre à son corps, qui s'est habitué à la microgravité, de pouvoir supporter ces facteurs de charge de retour. Donc, il est tout à fait prêt et on lui souhaite un atterrissage en douceur.

Est-il facile de reprendre la vie quotidienne après ?

L'aventure n'est pas du tout finie pour Thomas, c'est la fin de cette mission. C'est le début de la carrière pour Thomas Pesquet. Pendant 10 ans, 15 ans, il va avoir de nouvelles missions. Thomas va participer à la suite de cette aventure, ce n'est que le début pour lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.