"On fait garde-meuble pour Space X" : ils ont découvert une capsule spatiale sur leur île du Finistère

Un couple installé sur l'île de Quéménès, en Bretagne, a fait une curieuse découverte, mercredi 11 avril. Vraisemblablement, la pièce d'un engin spatial appartenant au groupe d'Elon Musk, Space X. 

La plaque Space X de la capsule découverte sur l\'île de Quéménès dans le Finistère.
La plaque Space X de la capsule découverte sur l'île de Quéménès dans le Finistère. (DR/Ferme de Quéménès/Île d'Iroise)

Quéménès. Sa poignée d'habitants, ses 26 hectares... et sa capsule spatiale. Résident de cette petite île au large de Brest (Finistère) depuis le début d'année, Etienne Menguy se promène, mercredi 11 avril, lorsqu'il découvre "un objet qui n'était pas là habituellement, avec des dimensions hors du commun", raconte à franceinfo Amélie Goossens, sa compagne.

Pièce de bateau ? Morceau d'avion ? En grattant les algues de cette capsule de deux mètres de diamètre et 1,30 mètre de hauteur, le couple découvre une plaque métallique portant l'inscription "Space X", l'entreprise américaine fondée par Elon Musk, qui envoie des fusées dans l'espace.

Le couple prévient aussitôt le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de Corsen qui leur recommande d'attendre plusieurs jours avant de partager leur découverte sur les réseaux sociaux.

"Un cadeau du ciel empoisonné" ?

Malgré les marées, la capsule spatiale ne retourne pas à l'eau, et le couple parvient à tracter l'objet jusqu'à leur ferme.

"Pour le moment, on le laisse où il est. On fait garde-meuble pour SpaceX", s'amuse Amélie Goossens. Mais le couple ne sait pas vraiment quoi faire de cet encombrant particulier. Leur bateau ne leur permet pas de le ramener sur la terre ferme.

Le couple décident donc de contacter SpaceX. Sur Twitter, ils interpellent notamment Elon Musk, le patron de la firme américaine. "On leur a demandé ce qu'ils voulaient en faire, parce que ça reste leur propriété", explique Amélie Goossens. En vain. Pour le moment, le couple, qui craint que la firme ne leur demande de détruire l'objet, n'a reçu aucune réponse. 

Ca deviendra complexe pour nous parce qu'on n'est pas équipé pour ça sur l'île. J'espère que ce ne sera pas un cadeau du ciel empoisonné.Amélie Goossens, habitante de Quéménèsà franceinfo

"Ne pas faire d'impairs"

Ces Finistériens ne s'attendaient pas à une telle déferlante sur les réseaux sociaux. "C'est un vrai coup de projecteur pour notre petit bout de terre."

Le couple a été contacté par de nombreux internautes prêts à identifier l'objet. A coup de théories, d'études photographiques et d'analyses précises des engins de SpaceX, la balance pencherait pour un cône de protection du cargo de ravitaillement de l'ISS, le dragon CRS11. Une théorie que SpaceX n'a pas encore confirmée.

D'autres experts du milieu spatial ont prévenu le couple que certains risqueraient de faire une offre d'achat. Et cela n'a effectivement pas manqué.

Des gens ont essayé de l'acheter. Des collectionneurs, des fans de l'espace et même un musée.Amélie Goossensà francinfo

Le discours du couple est clair : pour le moment, ils ne veulent pas en entendre parler. "Il faut qu'on reste prudent dans notre démarche, on ne veut pas faire d'impairs", tranche Amélie. SpaceX, de son côté, n'a pas encore donné de nouvelles au couple et n'a pas répondu à nos sollicitations.