Le satellite européen GOCE s'est consumé dans l'atmosphère

Les stations de contrôle terrestres ont perdu contact avec le satellite européen peu avant minuit dimanche. GOCE, un engin de plus d'une tonne, passait alors à 120 km au-dessus de l'Antarctique. Aucun dégât n'a été signalé.

(ESA Autre)

Lancé en 2009 pour cartographier les variations de la gravité terrestre, le satellite GOCE a achevé sa mission dans la nuit de dimanche à lundi, trois semaines après être tombé à court de carburant. Il est entré dans l'atmosphère au dessus du sud de l'océan atlantique, dans la
région des Iles Malouines (Falkland Islands). 

Les stations de contrôle terrestres ont perdu le contact à 22h42 GMT, au moment il passait à 120 km au-dessus de l'Antarctique. Selon le communiqué de l'Agence spatiale européenne, les 3/4 des débris de GOCE se sont consumés dans l'atmosphère. Des fragments
ont atteint le sol dans les régions les plus au sud de l'Atlantique.

100-150 tonnes d'objets spatiaux pénètrent dans l'atmosphère terrestre chaque année

Le satellite GOCE a été construit avant l'entrée en vigueur, en 2008, d'un accord international contraignant les satellites scientifiques à se doter d'un système de propulsion qui permet de les faire tomber en mer, loin des zones habitées, à l'issue de leur mission.

"Le satellite d'une tonne GOCE est seulement une
petite fraction des 100-150 tonnes d'objets spatiaux qui
pénètre dans l'atmosphère terrestre chaque année
", a relativisé Heiner Klinkrad, le chef du Bureau de débris spatiaux de l'ESA. "Au
cours des 56 ans de vol spatial, quelque 15.000 tonnes d' objets artificiels
spatiaux ont réintégré l'atmosphère sans causer de préjudice".