Lancement réussi d'une fusée transportant deux satellites pour surveiller l'eau sur Terre

Ils vont prendre le relais de la mission GRACE, qui, de 2002 à 2017, a survolé notre planète pour établir une carte mensuelle des changements de volume d'eau.

Image satellite montrant le lac Uvs nuur, le plus grand lac de Mongolie.
Image satellite montrant le lac Uvs nuur, le plus grand lac de Mongolie. (ANN RONAN PICTURE LIBRARY / AFP)

Ils vont produire une source presque intarissable de données. Une fusée de la compagnie spatiale privée SpaceX a décollé avec succès, mardi 22 mai, pour mettre en orbite deux satellites. Ces deux engins vont mesurer les changements de l'eau sur Terre pendant les cinq prochaines années.

La paire de satellite est le fruit d'un partenariat entre l'Allemagne et l'agence spatiale américaine (Nasa), ainsi que de cinq satellites du réseau de communication Iridium. La mission : prendre le relais de la mission GRACE, qui, de 2002 à 2017, a survolé la Terre pour établir une carte mensuelle des changements de volume d'eau.

Des mesures au micron près

Comment des satellites peuvent-ils "voir" ou "peser" l'eau sur la planète depuis l'espace ? En utilisant la gravité. Les deux satellites, chacun de la taille d'une voiture, voleront à 220 km de distance l'un de l'autre. Les moindres variations de masse sous eux (une montagne, un lac, de la glace, des aquifères...) provoqueront un changement infime de gravité, modifiant momentanément la distance séparant les deux satellites, mesurée au micron près.

C'est en enregistrant continuellement ces variations de distance que les scientifiques de la mission en déduiront les variations de masse sur la Terre, que ce soit au-dessus ou en-dessous de la surface.

Or ces changements de masse, d'un mois sur l'autre, pourront n'être provoqués que par des changements liés à l'eau: de la glace qui fond et passe dans les océans, de l'eau qui s'évapore, de la pluie qui vient regonfler des nappes phréatiques.