La Chine lance un nouveau module de sa station spatiale

Long de près de 18 mètres et d'un diamètre de 4,2 mètres, le module Wentian doit venir s'arrimer au premier module de la station.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le module Wentian propulsé par une fusée, le 24 juillet 2022, depuis le centre de lancement de Wenchang, sur l'île tropicale de Hainan, en Chine. (TIAN DINGYU / XINHUA / AFP)

La manœuvre s'annonce délicate. La Chine a lancé dimanche 24 juillet dans l'espace le deuxième des trois modules de sa station spatiale en cours de construction. Il s'agit d'une étape cruciale vers la finalisation de l'installation. L'engin nommé Wentian, d'environ 20 tonnes et sans astronaute à bord, a été propulsé par une fusée Longue Marche 5B à 14h22 (8h22 à Paris) depuis le centre de lancement de Wenchang, sur l'île tropicale de Haïnan, dans le sud de la Chine.

Un quart d'heure plus tard, un responsable de l'agence spatiale chargée des vols habités (CMSA) a annoncé le "succès" du lancement. Long de près de 18 mètres et d'un diamètre de 4,2 mètres, ce module-laboratoire doit venir s'amarrer à Tianhe, le premier module de la station qui est déjà en orbite depuis avril 2021. L'opération d'amarrage constitue un défi pour l'équipage car elle nécessite plusieurs manipulations successives de haute précision, notamment avec un bras robotisé.

"C'est la première fois que la Chine doit amarrer des véhicules aussi grands ensemble" et "c'est une opération délicate", explique à l'AFP Jonathan McDowell, astronome au Centre Harvard-Smithsonian pour l'astrophysique, aux Etats-Unis. La manipulation devra être répétée avec la venue plus tard en 2022 d'un nouveau module-laboratoire.

"Davantage d'expériences scientifiques"

Au final, "cela permettra à la station d'être beaucoup plus performante, avec l'espace et la puissance nécessaires pour réaliser davantage d'expériences scientifiques", souligne Jonathan McDowell. Doté de trois espaces de couchage, de toilettes et d'une cuisine, Wentian servira de plateforme de secours pour contrôler la station en cas de défaillance. Le module possède également des espaces pour des expériences scientifiques et comprend un sas qui deviendra le passage privilégié pour les sorties dans l'espace.

Nommée en chinois Tiangong ("Palais céleste") mais également connue par son acronyme CSS (pour "Chinese space station" en anglais), la station spatiale chinoise devrait être pleinement opérationnelle d'ici la fin de l'année. Après Wentian ce week-end, les trois astronautes de la mission Shenzhou-14, actuellement dans la station spatiale, y accueilleront en octobre le troisième et dernier module, Mengtian.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.