Vidéo Suspension de la mission spatiale ExoMars : l’Europe doit "développer son autonomie stratégique", estime le PDG du CNES

Publié
Article rédigé par
Radio France

Philippe Baptiste qualifie de "grosse déception" la suspension de la mission en raison de la guerre en Ukraine. Le PDG est cependant persuadé qu'on peut la poursuivre sans les Russes.

"Il y a un besoin extrêmement clair et extrêmement fort de l’Europe de développer son autonomie stratégique", estime le président-directeur-général du Centre national d’études spatiales (CNES) Philippe Baptiste vendredi 18 mars sur franceinfo, après la suspension de la mission spatiale ExoMars, victime de l’arrêt de la coopération avec l'agence spatiale russe Roskosmos.

"C'est une grosse déception", déplore Philippe Baptiste, mais "on ne peut que constater que cette mission doit être au minimum reportée", ajoute-t-il. Il estime toutefois possible de mener cette mission à bien sans les Russes "soit avec nos partenaires, soit avec d'autres partenaires internationaux, la Nasa, par exemple. Mais tout ça, évidemment, prend du temps.

"On parle évidemment de mois ou d'années de développement supplémentaires, avec un certain nombre de questions d'obsolescence d’ExoMars, c'est-à-dire du robot lui-même tel qu'il a été conçu."

Philippe Baptiste, PDG du CNES

à franceinfo

Concernant l’autonomie stratégique européenne, "on ne démarre pas aujourd'hui, on est déjà très mobilisés sur le sujet", rassure Philippe Baptiste. Il rappelle d’ailleurs que le nouveau lanceur Ariane 6 "qui va remplacer non Ariane 5, mais aussi Soyouz, va arriver dans quelques mois". "Cette crise ne fait que nous remobiliser et accélérer le calendrier" déjà très perturbé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.