Eugene Cernan, dernier astronaute à avoir marché sur la Lune, "voulait qu'on y retourne"

Olivier Sanguy, médiateur scientifique de la Cité de l'espace de Toulouse, est revenu, mardi pour franceinfo, sur les exploits de l'astronaute américain, Eugene Cernan, dernier homme à avoir foulé la Lune en 1972, mort lundi.

Eugene Cernan, le 16 juin 2009 à Madrid, lors du 40e anniversaire du premier homme sur la Lune.
Eugene Cernan, le 16 juin 2009 à Madrid, lors du 40e anniversaire du premier homme sur la Lune. (MAXXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le dernier astronaute à avoir marché sur la Lune, l'Américain Eugene Cernan, est mort lundi 16 janvier à l'âge de 82 ans. Il avait foulé le sol lunaire en 1972, au cours de la mission Apollo 17. Elle avait duré 3 jours. "Il trouvait que l'honneur d'avoir été le dernier homme sur la Lune était un honneur douteux. Lui, ce qu'il voulait, c'est qu'on y retourne", a expliqué Olivier Sanguy, médiateur scientifique de la Cité de l'espace de Toulouse, mardi 17 janvier sur franceinfo.

franceinfo : Pourquoi Eugene Cernan était un pionnier à plusieurs titres ?

Olivier Sanguy : Il a fait trois vols spatiaux pour la Nasa, dont le fameux Apollo 17, le dernier vol habité sur la Lune. Il a participé à la course à l'espace, lorsqu'il y avait l'opposition entre les États-Unis et l'Union soviétique. Il a fait Apollo 10 qui était la répétition d'Apollo 11 [la mission au cours de laquelle les deux premiers hommes ont marché sur la Lune]. Il s'est approché à 11 km de la surface lunaire. Il ne s'y est pas posé, il est reparti. Cernan a un record très peu connu. Il fait partie des trois hommes qui sont allés deux fois vers la Lune, pas sur la Lune mais autour de la Lune.

Quels souvenirs Eugene Cernan gardait-il de son voyage de la Lune ?

Il était double. Il dit qu'au moment de partir, il a eu envie de stopper le temps. Il voulait saisir ce moment-là pour pouvoir mieux le raconter à tous les humains. C'est comme s'il avait eu du mal à tout saisir. Cela est assez classique chez les marcheurs lunaires, car ce qu'ils ont fait est tellement énorme. Et d'un autre côté, il trouvait que l'honneur d'avoir été le dernier homme sur la Lune était un honneur douteux. Lui, ce qu'il voulait, c'est qu'on y retourne.

Est-ce qu'il aura un successeur un jour ?

C'est la question à 100 milliards de dollars. On estime que c'est le coût d'une mission lunaire. L'Amérique a failli y retourner lorsque George W. Bush était président. Cela avait été annulé du temps de Barack Obama. D'ailleurs Cernan s'était vivement opposé à cette annulation. Les Chinois ont un projet de programme lunaire automatique. On leur prête un programme lunaire habité, mais cela n'est pas très clair. C'est un coup oui, un coup non. En tout cas, ils développent le matériel pour faire une mission lunaire habitée.

Les Russes aussi ont annoncé qu'ils aimeraient bien retourner sur la Lune pour bâtir une base. L'Europe a annoncé un projet un peu flou de village lunaire. C'est une espèce de fédération des coopérations pour aller sur la Lune, d'abord en automatique, peut-être plus tard en habité. Enfin, avec le nouveau président des États-Unis, Donald Trump, peut-être que la destination Lune va devenir une priorité. On verra dans les prochains mois.

"Il fait partie des trois hommes qui sont allés deux fois vers la Lune", Olivier Sanguy, médiateur scientifique de la Cité de l'espace de Toulouse
--'--
--'--