EN IMAGES. Pourquoi vous devez vous intéresser à la mission Cassini, qui survole Saturne

Le Français Thomas Pesquet nous fait rêver avec ses clichés pris depuis la Station spatiale internationale. Les missions sur Mars et autour de Pluton ont aussi fait parler d'elles. Mais les images de Cassini sont au moins aussi époustouflantes. La preuve.

Photo de Saturne prise par la sonde Cassini le 4 mai 2014.
Photo de Saturne prise par la sonde Cassini le 4 mai 2014. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE)
avatar
Louis SanFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle a commencé son "grand finale", comme l'appelle la Nasa. La sonde Cassini, qui survole Saturne, la sixième planète en partant du Soleil, a entamé la dernière phase de sa mission, le 30 novembre.

Vous avez sûrement entendu parler du robot Curiosity, qui se trouve sur Mars, de la mission Rosetta et du petit atterrisseur Philae, ou encore de la sonde New Horizons, qui a survolé Pluton. Mais peut-être que la mission Cassini vous est passée au-dessus de la tête. Pas d'inquiétude, franceinfo vous explique pourquoi il est temps de se passionner pour les activités de ce projet qui réunit la Nasa, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale italienne.

Parce que les photos sont magnifiques

La sonde Cassini devient, en 2004, la première à entrer dans l'orbite de Saturne. Depuis, elle n'a cessé de photographier la planète et ses nombreux clichés disponibles ici (en anglais). Partie de Terre au milieu des années 1990, Cassini est équipée d'un appareil désormais plutôt rudimentaire, digne d'un astronome amateur. Mais, de par sa proximité avec Saturne, elle offre des photos inédites.

Les anneaux de Saturne pris en photo par la sonde Cassini, le 24 septembre 2016, à une distance de 456 000 km de la planète.
Les anneaux de Saturne pris en photo par la sonde Cassini, le 24 septembre 2016, à une distance de 456 000 km de la planète. (NASA / JPL-CALTECH/ SPACE SCIENCE INSTITUTE)

La photo qui suit a été prise à 2,7 millions de kilomètres de Saturne. Si la distance est gigantesque, il faut garder en tête qu'environ 1 200 millions de kilomètres séparent notre planète de Saturne et que cette dernière a un diamètre 9,44 fois plus grand que la Terre.

Photo de Saturne prise par la sonde Cassini, le 19 mars 2016.
Photo de Saturne prise par la sonde Cassini, le 19 mars 2016. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE)

Sur cette photo, on trouve 3 des quelque 62 lunes de Saturne : Tethys (au-dessus des anneaux), Encelade (au centre, juste sous les anneaux) et Mimas (en bas, juste à gauche de la précédente).

Photo des anneaux de Saturne et de trois de ses lunes prise par la sonde Cassini, le 3 décembre 2015, à une distance de 1,35 million de kilomètres.
Photo des anneaux de Saturne et de trois de ses lunes prise par la sonde Cassini, le 3 décembre 2015, à une distance de 1,35 million de kilomètres. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE)

Le 19 juillet, 2013, la sonde a pris une photo avec, dans le même cadre, Saturne, ses anneaux, la Terre et sa Lune. Notre planète est un petit point lumineux en arrière-plan. "C'est la première fois qu'on savait à l'avance que la Terre serait prise en photo depuis une distance interplanétaire", s'enthousiasmait la Nasa.

Photo prise la sonde Cassini, le 19 juillet 2013. La flèche pointe la Terre.
Photo prise la sonde Cassini, le 19 juillet 2013. La flèche pointe la Terre. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE / AFP)

Parce que la sonde se rapproche encore de Saturne

Avec son "grand finale", la sonde s'approche de la planète et des anneaux. "Cela a pris des années à planifier, mais nous y sommes enfin, toute l'équipe de Cassini est excitée de commencer à étudier les données qui proviendront de son orbite 'en rase-motte' des anneaux", a expliqué (en anglais), le 5 décembre, Linda Spilker, l'une des scientifiques engagés sur le projet.

Avec ces orbites de plus en plus serrées, évidemment, les images devraient être encore plus intéressantes, révélant des détails inédits. Les nouvelles images du cyclone éternel du pôle Nord de Saturne, par exemple, qui forme un hexagone presque parfait, sont saisissantes.

Photos de la tempête au au pôle Nord de Saturne prises par la sonde Cassini le 2 décembre 2016.
Photos de la tempête au au pôle Nord de Saturne prises par la sonde Cassini le 2 décembre 2016. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE)

Sciences et avenir explique que ce cyclone, de 30 000 km de large, est un "immense vortex qui tourne sur lui-même, entraînant dans son mouvement une masse d'air colossale. A l'intérieur de cet hexagone sévit depuis des décennies (voire des siècles) un ouragan dont la vitesse des vents est estimée à 322 km/h". Le voici pris à une distance de 390 000 km.

Photo du pôle Nord de Saturne prise par la sonde Cassini, le 3 décembre 2016.
Photo du pôle Nord de Saturne prise par la sonde Cassini, le 3 décembre 2016. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE)

Lors de son "grand finale", Cassini va plonger au cœur des anneaux de Saturne. Pour l'instant, et jusqu'au mois d'avril 2017, la sonde va rester au niveau des anneaux F. Ensuite, elle va passer entre Saturne et les anneaux D, les plus proches, qui se trouvent à seulement à 2 500 km de la surface.

Illustration de l\'Agence spatiale américaine montrant les différents anneaux, nommés selon l\'ordre chronologique de leur découverte.
Illustration de l'Agence spatiale américaine montrant les différents anneaux, nommés selon l'ordre chronologique de leur découverte. (GIPHY.COM / NASA)

Le crash dans l'atmosphère de Saturne est prévu pour septembre 2017 et de très nombreux clichés sont attendus d'ici là. De quoi faire saliver les amateurs d'astronomie.

Parce que c'est se replonger dans une mission majeure

La mission Cassini a peut-être moins fait parler d'elle que d'autres ces derniers temps, pourtant son intérêt scientifique est tout aussi important. "C'est l'une des plus prolifiques missions de toute l'histoire de l'exploration du système solaire", a rappelé Sciences et vie, qui évoquait, en 2012"l'une des plus belles réussites de l'histoire de la conquête spatiale".

Elle a permis d'étudier l'atmosphère et les nuages de Saturne et de documenter des événements hors du commun. Une gigantesque tempête a éclaté sur la planète entre 2010 et 2011. La Nasa a pris de nombreux clichés et a même enregistré le bruit généré par ce phénomène qui produisait plus de 10 éclairs par seconde et s'étendait sur 17 000 km, soit la distance entre Paris et Melbourne (Australie).

Une tempête géante sur Saturne, photographiée par la sonde Cassini, le 25 février 2011.
Une tempête géante sur Saturne, photographiée par la sonde Cassini, le 25 février 2011. (NASA / JPL / AFP)

Avec Cassini, de nombreux satellites de Saturne ont été étudiés. Parmi les plus connus, on peut citer Titan, le plus grand, sur lequel Cassini a envoyé la sonde Huygens, en 2005. La Nasa y a découvert d'immenses lacs d'hydrocarbures, principalement constitués de méthane. Le plus grand d'entre eux s'appelle Kraken Mare et mesure 1 170 km de diamètre.

Parmi les satellites de Saturne, Encelade occupe une place particulière : en octobre 2015, Cassini l'a survolé à une distance de seulement 49 km pour passer au plus près d'un geyser qui jaillit au niveau de son pôle sud. En effet, il existe un océan sous la surface de ce satellite et les chercheurs ont voulu collecter de nouvelles données sur "l'habitabilité" de ce plan d'eau souterrain. 

A gauche, des images des geysers \"en rideau\", situés au pôle Sud d\'Encelade. A droite, une simulation de ces geysers par la Nasa, ajoutée à la photo prise par la sonde Cassini.
A gauche, des images des geysers "en rideau", situés au pôle Sud d'Encelade. A droite, une simulation de ces geysers par la Nasa, ajoutée à la photo prise par la sonde Cassini. (NASA / JPL-CALTECH / SPACE SCIENCE INSTITUTE / PLANETARY SCIENCE INSTITUTE)

"Titan et Encelade sont, aujourd'hui, les planètes qui provoquent le plus d'émulation pour la recherche de formes de vie extraterrestres", expliquait auprès d'Atlantico, en 2014, l'astrophysicien Francis Rocard, responsable du programme d'exploration du système solaire au Cnes.

La mission a également permis d'approfondir nos connaissances sur les anneaux. "C'est l'un des plus vieux objets étudiés en astronomie", relevait l'astrophysicien André Brahic, spécialiste de Saturne et de Neptune, lors d'une conférence en 2010

Photo de Saturne prise le 15 septembre 2006.
Photo de Saturne prise le 15 septembre 2006. (NASA / JPL / SPACE SCIENCE INSTITUTE)

Alors que pendant des siècles, les chercheurs ont imaginé les anneaux "homogènes à bords doux", ils se trouvent qu'ils sont "hétérogènes à bords nets", expliquait le scientifique. Il évoquait des "structures extrêmement différentes, extrêmement complexes", précisant qu'elles étaient au nombre de 22 000.

Les chercheurs ont aussi observé des perturbations dans les anneaux, ce qui était impensable jusqu'alors. Par exemple, lorsqu'une des nombreuses lunes de Saturne passe dans un anneau, elle déplace de la matière. Et un anneau, qui mesure normalement entre 2 et 10 m d'épaisseur, peut alors atteindre par endroits jusqu'à 3 km de haut. Sur cette photo, où l'on voit des anneaux par le haut, on distingue de la matière qui s'est élevée et son ombre projetée.

Photo d\'anneaux de Saturne prise le 26 juillet 2009 par la sonde Cassini.
Photo d'anneaux de Saturne prise le 26 juillet 2009 par la sonde Cassini. (NASA / JPL / SSI)

"On a commencé [à étudier les anneaux] au mois de juillet 1609 et je pense qu'on en a encore pour quatre ou cinq siècles pour commencer à comprendre ce qui se passe", résumait  André Brahic. En attendant, il est encore possible de suivre les derniers mois de la mission Cassini et tout indique qu'elle risque de révéler des nouveautés.