Année après année, la Lune continue de rétrécir

Ce phénomène a pour conséquence de provoquer des séismes superficiels et se traduit dans les fissures et les chevauchements visibles à la surface.

Le phénomène se traduit dans les fissures et les chevauchements visibles à la surface de la Lune, en bleu sur cette photo de la Nasa diffusée le 13 mai 2019.
Le phénomène se traduit dans les fissures et les chevauchements visibles à la surface de la Lune, en bleu sur cette photo de la Nasa diffusée le 13 mai 2019. (NASA / AFP)

De plus en plus de rides se forment sur la Lune, qui rétrécit. C'est ce que révèle une étude (en anglais) d'un chercheur de la Nasa, publiée le 7 mai et reprise sur le site de l'agence spatiale américaine, lundi 13 mai. Cette conclusion s'appuie sur des images capturées par une caméra en orbite de la Nasa. "Des crêtes ridées, des collines arrondies et des tranchées peu profondes se forment, tandis que la Lune perd de la chaleur et rétrécit", explicite la Nasa dans un tweet.

"Ce phénomène s'explique par une contraction thermique due à la différence de température entre le cœur encore chaud de la Lune et le froid de l’espace", résume  Le Parisien. Pour illustrer les conclusions de cette étude, la Nasa explique : "La Lune rétrécit comme un raisin. Mais, contrairement à la peau flexible d’un raisin, la surface de la Lune est fragile et se brise."

Un rétrécissement très lent

Ce rétrécissement de la Lune provoque des séismes superficiels. "Certains peuvent être assez forts, autour de 5 sur l'échelle de Richter", relève Thomas Waters, scientifique cité par la Nasa. Ces "tremblements de Lune" sont connus de longue date car les capteurs pour mesurer leur intensité ont été placés par les astronautes lors des missions Apollo 11, 12, 14, 15 et 16. Apollo 11 avait enregistré 28 séismes de magnitude 2 à 5 sur l’échelle de Richter entre 1969 et 1977. C'est justement l'observation de ces tremblements de Lune qui a permis de comprendre qu'elle rétrécissait.

Car ce n'est pas un phénomène que l'on découvre : en 2010, des images publiées dans la revue américaine Science montraient des modifications de la surface de la Lune non détectées précédemment, indiquant que sa circonférence s'était contractée. Mais ce rétrécissement est très lent : en quelques centaines de millions d’années, la Lune a perdu environ 50 mètres, selon la Nasa.