Douze avancées et découvertes scientifiques qui ont marqué 2017

Des pyramides d'Egypte aux confins de l'espace, en passant par l'Homo sapiens qui prend un coup de vieux, la science a encore fait de grands bonds en avant cette année.

Une représentation graphique de la fusion entre deux étoiles à neutron, observée pour la première fois le 17 août 2017.
Une représentation graphique de la fusion entre deux étoiles à neutron, observée pour la première fois le 17 août 2017. (MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA)

Fusion d'étoiles, ordinateur quantique, utérus artificiel... En 2017, la science a levé encore un peu plus le voile sur le monde qui nous entoure et sur ses possibilités. Qu'a-t-on appris cette année ? Franceinfo reprend le fil des principales avancées et découvertes scientifiques de 2017.

Une cavité dans la pyramide de Khéops

Vue aérienne de la pyramide de Gizeh, aussi appelée pyramide de Khéops, en Egypte.
Vue aérienne de la pyramide de Gizeh, aussi appelée pyramide de Khéops, en Egypte. (ANTOINE LORGNIER / ONLY WORLD / AFP)

Une pièce, de 30 mètres de long, entièrement close. En novembre, dans la revue Nature, des scientifiques ont annoncé la découverte d'un "grand vide" dans la pyramide de KhéopsC'est comme "un avion de 200 places en plein cœur de la pyramide", affirme Mehdi Tayoubi, codirecteur du projet ScanPyramids à l'origine de la découverte. Pour réaliser cette observation sans détruire le précieux monument ou percer la moindre roche, ils ont effectué un sondage via les muons, des particules cosmiques qui ralentissent, puis s'arrêtent au contact de la matière. A quoi servait cette pièce ? Que contient-elle ? "Il y a beaucoup de possibilités, mais tant qu'on ne l'aura pas ouverte, on ne pourra pas savoir", notait Simon Thuault, doctorant en égyptologie à l'université de Montpellier. Des méthodes sont à l'étude pour tenter de percer ce nouveau mystère.

Mais la découverte fait aussi controverse chez les égyptologues, certains estimant qu'il ne s'agit pas vraiment d'une nouvelle pièce. 

L'Homo sapiens prend un coup de vieux

Les restes d\'Homo sapiens découverts au Maroc, présentés le 6 juin 2017 à Paris.
Les restes d'Homo sapiens découverts au Maroc, présentés le 6 juin 2017 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Nous sommes en réalité plus vieux qu'on ne le pensait. Dans une étude publiée dans la revue Nature en juin, des paléontologues font état de la découverte de restes fossiles de l'Homo sapiens vieux de 300 000 ans, soit 100 000 ans de plus que ce que l'on pensait, à Jebel Irhoud au Maroc. Outre l'âge, cette découverte en Afrique de l'Ouest pourrait remettre en cause la théorie selon laquelle le berceau de l'homme moderne se trouverait dans l'est du continent. Ce sont  les plus anciennes traces de notre propre espèce connues à ce jour.

Un utérus artificiel pour les grands prématurés

Une photo des tests de l\'utérus artificiel menés sur des agneaux, publiée dans \"Nature\" le 25 avril.
Une photo des tests de l'utérus artificiel menés sur des agneaux, publiée dans "Nature" le 25 avril. (NATURE COMMUNICATIONS)

A-t-on trouvé la solution pour offrir aux grands prématurés de meilleures chances de survie en bonne santé ? Des chercheurs de l'hôpital pour enfants de Philadelphie (Etats-Unis) ont conçu un utérus artificiel, un sas pour les bébés nés trop tôt, entre la matrice maternelle et l'air libre. Les premiers tests menés sur des agneaux prématurés sont encourageants, selon l'étude parue, mardi 25 avril, dans la revue Nature Communications (en anglais).

Le robot qui fait des saltos

En 2017, le robot Atlas de Boston Dynamics s'est à nouveau illustré, avec une pirouette inédite en novembre : un salto. Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Comme l'expliquait Jérôme Colombain sur franceinfo, cette performance technique révèle l’état d’avancement de la robotique. Marcher ou simplement se tenir debout en équilibre sur deux jambes est déjà extrêmement difficile pour un robot, qui doit en permanence corriger sa position grâce à des capteurs gyroscopiques.

L'atterrissage parfait d'une fusée SpaceX

Partir pour l'espace, installer des satellites en orbite et revenir sur Terre. En décembre, l'entreprise SpaceX a réussi à faire atterrir sa fusée Falcon 9. Grâce à cette première mondiale, SpaceX espère faire baisser le coût des voyages dans l'espace. Jusqu'ici, la majeure partie du matériel utilisé lors des lancements était perdue.

Oumuamua, l'astéroïde venu d'un autre système solaire 

Photo non datée de l\'astéroïde Oumuamua, diffusée le 20 novembre 2017 par l’Observatoire européen austral.
Photo non datée de l'astéroïde Oumuamua, diffusée le 20 novembre 2017 par l’Observatoire européen austral. (M. KORNMESSER / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP)

Si ce nom étrange ne vous dit rien, c'est normal. Détecté en octobre, l'astéroïde Oumuamua – "le messager" en hawaïen – vient de très loin, d'un autre système solaire. "C'est la première fois que l'on arrive à observer, aussi proche de nous, une relique de la naissance d'un autre système solaire", se félicitait Christophe Galfard, docteur en physique théorique, à franceinfo.

Des dinosaures jusqu'ici inconnus

Une réplique du Chilesaurus, un dinosaure herbivore à l\'allure de terrible carnivore, est exposée au Muséum de sciences naturelles Bernardino Rivadavia de Buenos Aires (Argentine), le 23 juin 2015.
Une réplique du Chilesaurus, un dinosaure herbivore à l'allure de terrible carnivore, est exposée au Muséum de sciences naturelles Bernardino Rivadavia de Buenos Aires (Argentine), le 23 juin 2015. (EITAN ABRAMOVICH / AFP)
En 2017, deux nouvelles espèces de dinosaures ont été découvertes. Le Corythoraptor jacobsi est une créature à plumes découverte en Chine et proche du casoar à casque, ce redoutable oiseau australien. Le Chilesaurus, un herbivore à l'allure de terrible carnivore découvert au Chili, pourrait lui être le "chaînon manquant" entre deux grandes familles de dinosaures, les théropodes et les ornithischiens.

Du sang créé à partir de cellules souches

Pourra-t-on bientôt fabriquer du sang humain ? C'est ce que laissent penser les résultats d'une étude britannique publiée dans Nature en mars. Ces chercheurs disent être parvenus à créer, à partir de cellules souches, une sorte d'usine à globules rouges, du sang naturel fabriqué in vitro.

Le premier projet d'ordinateur quantique 

Une équipe internationale de chercheurs a présenté un premier projet de création d\'un calculateur quantique, mercredi 1er février.
Une équipe internationale de chercheurs a présenté un premier projet de création d'un calculateur quantique, mercredi 1er février. (SCIENCE PHOTO LIBRARY RF / GETTY IMAGES)

Une super calculatrice pour résoudre tous les mystères du cosmos. En février, une équipe internationale de chercheurs a présenté un premier projet de création d'un calculateur quantique, dans la revue scientifique américaine Science Advances. Les concepteurs espèrent résoudre des problèmes complexes qui prendraient des milliards d'années aux plus puissants des ordinateurs actuels.

De nouvelles exoplanètes

Vue d’artiste présentant ce qui pourrait se trouver à la surface de la planète Trappist-1f, où la présence d’eau liquide est possible.
Vue d’artiste présentant ce qui pourrait se trouver à la surface de la planète Trappist-1f, où la présence d’eau liquide est possible. (M. KORNMESSER / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / NASA /JPL-CALTECH)

Il a fallu plusieurs télescopes pour les repérer. Sept nouvelles exoplanètes, c'est-à-dire situées à l'extérieur de notre système solaire, ont été identifiées par la Nasa en février. Certaines sont susceptibles, en théorie, d'abriter la vie. 

La fusion de deux étoiles à neutrons

Une représentation graphique de la fusion entre deux étoiles à neutron, observée pour la première fois le 17 août 2017.
Une représentation graphique de la fusion entre deux étoiles à neutron, observée pour la première fois le 17 août 2017. (MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA)

C'est une découverte scientifique majeure. Pour la première fois, une fusion de deux étoiles à neutrons a été observée. Ce véritable feu d'artifice est à l'origine de la création de plusieurs éléments chimiques qui nous entoure, comme l'or, le platine et le plomb. "Certainement, ces phénomènes ont participé à la composition de la Terre aujourd'hui", expliquait en octobre Nicolas Leroy, chercheur au CNRS.

La sonde Cassini a plongé vers Saturne

Une représentation graphique de la sonde Cassini, publiée le 9 août 2017.
Une représentation graphique de la sonde Cassini, publiée le 9 août 2017. (NASA/JPL-CALTECH)

Elle nous a quittés en 2017. Après vingt ans de bons et loyaux services, la sonde Cassini a achevé en septembre sa mission en se désintégrant dans l'atmosphère de la planète géante. Ce dernier voyage pourrait livrer de nouveaux secrets : les dernières informations récoltées durant son plongeon vers Saturne continueront d'être étudiées pendant des années.