Cet article date de plus de dix ans.

La mission Mars 500 rentre sur Terre, sans l’avoir quittée

Un équipage de six hommes, Russes, Chinois, et Européens, dont un Français, "revient" sur Terre aujourd’hui après une simulation de voyage vers la planète Mars. Ils ont accepté de rester enfermés pendant 520 jours dans une réplique de vaisseau spatial. Les six hommes sont sortis de leur faux vaisseau spatial ce matin mais resteront encore en quarantaine quatre jours.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

En théorie les six astronautes ont vécu l’équivalent d’un aller-retour et d’un mois d’expérience sur Mars. En théorie seulement car ils n’ont jamais quitté le plancher des vaches. Ils ont passé 520 jours enfermés, isolés du reste du monde dans des conditions très proches de celles d’un vol vers la planète Rouge.

Objectif : étudier les effets sur les hommes de l’isolement, de l’absence de lumière du jour et d’air frais, ainsi que la restriction des contacts humains à subir par les astronautes qui iront un jour sur Mars, même si aucune expédition vers cette planète n’est prévue avant 20 ou 30 ans.

"Oui,l’équipage peut survivre à l’inévitable isolation qu’impose un voyage aller-retour vers Mars"

Telle est la conclusion de Patrick Sundblad, du département des sciences de la vie à l’Agence Spatiale Européenne (ESA), co-organisatrice de l’expérience, dans un communiqué disponible sur leur site internet.  "Psychologiquement, nous pouvons le faire" , a-t-il ajouté.

Après leur sortie aujourd’hui, les six volontaires, le Français Romain Charles et l’Italo-Colombien Diego Urbina, les Russes Soukhrob Kamolov, Alexeï Sitev et Alexandre Smoleevski, ainsi que le Chinois Wang Yue seront ensuite placés en quarantaine pendant quatre jours pour effectuer des examens médicaux.


Le cobaye français Romain Charles à sa sortie de la capsule spatiale près de Moscou
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Astronomie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.