Vidéo Position lors de l’accouchement : bonne ou mauvaise posture ?

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Depuis la naissance de l’obstétrique, les femmes sont habituées à accoucher sur le dos. Aujourd’hui, de nouvelles positions sont envisageables pour permettre aux futures mères de retrouver un peu plus d’autonomie lors de l’accouchement et reprendre le pas sur leur corps. -
VIDEO. Position lors de l’accouchement : bonne ou mauvaise posture ? Depuis la naissance de l’obstétrique, les femmes sont habituées à accoucher sur le dos. Aujourd’hui, de nouvelles positions sont envisageables pour permettre aux futures mères de retrouver un peu plus d’autonomie lors de l’accouchement et reprendre le pas sur leur corps. - (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
Depuis la naissance de l’obstétrique, les femmes sont habituées à accoucher sur le dos. Aujourd’hui, de nouvelles positions sont envisageables pour permettre aux futures mères de retrouver un peu plus d’autonomie lors de l’accouchement et reprendre le pas sur leur corps.

Un seul point à retenir selon Valentine Burucoa, sage-femme, est qu’il “n'y a pas de bonne ou de mauvaise position pour l'accouchement”. Depuis des siècles, les femmes accouchent sur le dos. Mais aujourd’hui, cette habitude est remise en question, notamment depuis l’évolution de la péridurale déambulatoire où les douleurs sont atténuées, tout en gardant une certaine mobilité au niveau des jambes. Cette technique d’anesthésie, qui émerge de plus en plus dans les maternités, tend à envisager d’autres positions d’accouchement. 

Opter pour la position la plus confortable 

Pour Valentine Burucoa, toutes les positions sont envisageables. Des postures qui sont choisies au préalable par les femmes avec un projet de naissance où “dans la mesure du possible, elles voudraient éviter la position gynécologique et accoucher dans telle ou telle position”. Or, c’est finalement le jour J que tout se décide. “Ce qui ne serait pas logique, c'est de choisir d'avance une position, que ce soit la position gynécologique ou n'importe quelle autre. On voit le jour même ce qui fonctionne pour cette femme, ce bébé, cet accouchement, tout en restant safe côté médical”. Pour la sage-femme, c’est un juste équilibre à trouver des deux côtés. 


Aujourd'hui, certaines maternités sont plus à l’aise que d’autres pour accompagner les femmes à bouger pendant le travail. Changer de position peut ainsi, faire ressentir aux femmes qu’elles sont actrices de leur accouchement, selon Valentine Burucoa. “Nous, on est là pour soutenir et accompagner les naissances, pour agir, effectivement, et aider s’il y a des complications. Mais dans l'idée, on donne plutôt toutes les clés et toutes les armes à la femme pour qu'elle puisse se débrouiller de façon autonome le jour J”, explique-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.