"Pour moi, c'était des maladies bénignes" : pourquoi l'Ardèche fait de la résistance aux vaccins

France 2 s'est rendue en Ardèche, dans le canton des Vans, où les vaccins peinent à convaincre. Reportage.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Très loin des grandes villes, le canton des Vans (Ardèche) est niché dans une nature sauvage et majestueuse. Ici, 2 800 habitants cultivent un art de vivre proche de la nature et pour certains, une résistance farouche aux vaccins. Il y a six ans, une maladie que l'on croyait disparue a ressurgi : la rougeole. Une épidémie s'est déclenchée en France, provoquant 23 000 cas dont 10 décès. Mais pour le seul canton des Vans, il y eut 84 malades.

>> "Il n’y a plus de solution, à part se mettre hors la loi" : le désarroi des parents réfractaires aux nouveaux vaccins obligatoires

Delphine Doguet est tombée malade à l'époque. Elle a failli en mourir. "J'ai commencé à avoir des quintes de toux de plus en plus importantes, des vomissements apparaissaient, j'avais du mal à respirer et puis je commençais à avoir des convulsions, se souvient-elle. Apparemment ma température était aux alentours de 41°C." Elle a été hospitalisée en urgence pour une infection des poumons provoquée par la rougeole. Elle n'avait jamais été vaccinée et n'en voyait pas l'intérêt.

Pour moi c'était des maladies qui étaient bénignes. C'était comme la varicelle.

Delphine Doguet

à France 2

Le vaccin considéré comme "un procédé artificiel"

Pourquoi une telle résistance ? Dans le passé, le tempérament ardéchois s'est nourri de résistances : celle des protestants au XVIe siècle, puis celle du maquis pendant la guerre et, plus récemment, celle des soixante-huitards et des néoruraux en quête de modes de vie alternatifs.

Ces personnes vont choisir de ne pas faire tous les vaccins ou aucun à leurs enfants parce que le vaccin est un procédé artificiel, qui va contre la nature.

Lucie Guimier, docteure en géopolitique de santé publique

à France 2

Ainsi, en Ardèche, le taux de vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons est l'un des plus faibles de France : 71%, huit points de moins que la moyenne nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des parents réunis pour une réunion sur les vaccins dans une école de l\'Ardèche, à l\'occasion d\'un reportage diffusé par France 2 le 22 décembre 2017.
Des parents réunis pour une réunion sur les vaccins dans une école de l'Ardèche, à l'occasion d'un reportage diffusé par France 2 le 22 décembre 2017. (FRANCE 2)