Malgré l'existence d'un vaccin, la rougeole a tué 142 000 personnes en 2018

C'est quatre fois moins qu'en 2000, mais en hausse de 15% par rapport à 2017.

Au total, 142 000 personnes sont mortes de la rougeole dans le monde en 2018.
Au total, 142 000 personnes sont mortes de la rougeole dans le monde en 2018. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Après des décennies de progrès, la lutte contre la rougeole stagne et le nombre de morts est reparti à la hausse en 2018, ont alerté l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autorités sanitaires américaines, jeudi 5 décembre, alors que des flambées ont lieu du Pacifique à l'Europe. Au total, 142 000 personnes en sont mortes dans le monde en 2018. C'est quatre fois moins qu'en 2000, mais en hausse de 15% par rapport à 2017. La plupart des morts sont des enfants.

Ce virus est l'un des plus contagieux, et peut rester dans une pièce deux heures après le passage d'une personne infectée. Il a provoqué des épidémies sur cinq continents depuis 2018, explosant dans les villes ou les quartiers où trop peu de gens sont vaccinés

Cinq pays concentrent la moitié des cas

Cinq pays ont concentré près de la moitié des cas en 2018 : République démocratique du Congo, Liberia, Madagascar, Somalie et Ukraine, selon un rapport publié par les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC). Mais le virus voyage facilement.

Israël a ainsi vu l'importation d'une centaine de cas venus d'ailleurs, des Philippines et d'Ukraine… De là, quelques voyageurs infectés ont transmis la maladie dans les quartiers juifs de New York et contribué à la plus grande épidémie aux Etats-Unis depuis 1992. Dans les pays riches, la rougeole tue pas, ou très peu. Mais en RDC, elle tue deux fois plus qu'Ebola : 5 000 morts cette année.

Tout le monde sait qu'il y a un vaccin contre la rougeole sûr, efficace, disponible partout depuis cinquante ans (...) C'est vraiment un échec collectif de voir ces épidémies.Kate O'Brien, directrice de la vaccination à l'OMSà l'AFP

Un chiffre illustre cet échec. Depuis 2010, la proportion de la population mondiale ayant reçu la première dose du vaccin (sur deux recommandées) stagne à environ 86%. Pour empêcher les épidémies, l'objectif est 95%. "On n'a fait aucun progrès pour la couverture vaccinale contre la rougeole depuis une décennie", résume Kate O'Brien, directrice de la vaccination à l'OMS.

La défiance à l'égard des vaccins mise en cause

Mais les moyennes sont trompeuses. Seuls 61% des pays ont atteint la barre de 90% pour la première dose de vaccin. Il y en avait davantage en 2013.

L'Europe est quasiment à l'objectif en moyenne, ce qui n'a pas empêché des épidémies car il suffit qu'une communauté soit sous-vaccinée pour que le virus s'y implante. En Afrique, les trois quarts de la population sont vaccinés, mais cela cache de fortes disparités régionales. Moins d'un pays africain sur trois a vacciné au moins 90% de sa population. Les infrastructures de santé restent insuffisantes.

Dans les pays développés, le mouvement de défiance à l'égard des vaccins a contribué à la résurgence de la maladie. Le nombre de cas de rougeole en Europe a ainsi doublé en 2019.