AstraZeneca, le vaccin mal aimé

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
astrazeneca couac
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Le vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca multiplie les couacs (retards de livraison, effets secondaires...).

Quand les premières doses du vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca sont injectées au Royaume-Uni le 30 décembre 2020 sous l’œil des caméras, une crise diplomatique se dessine en coulisses. Sur fond de Brexit, l’Union européenne passe sa commande : 300 millions de doses, trois fois plus que les Britanniques. Mais une fois le contrat signé, le groupe pharmaceutique annonce qu’il ne fournira qu’un quart des doses prévues au premier trimestre. Il invoque des problèmes sur sa chaîne de production belge. 

Des cas de thrombose sèment le doute

La colère monte à Bruxelles qui, face à ces retards, accuse Londres de bloquer les doses sur son territoire, ce que dément le Premier ministre Boris Johnson. En France, le vaccin d’AstraZeneca peine à convaincre. Une efficacité trop faible face au variant sud-africain et surtout des données manquantes pour les plus de 65 ans ne rassurent pas. De plus, le vaccin est suspendu dans plusieurs pays à cause de cas de thrombose sans lien avéré. Le ministre de la Santé Olivier Véran a dû rassurer : “D’après l’Agence européenne du médicament, il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.