Sommeil : une étude alerte sur "un risque accru de démence" chez les "petits dormeurs" de plus de 50 ans

Un sommeil de six heures ou moins par nuit entre l’âge de 50 à 70 ans est associé à "un risque de démence plus élevé de 20 à 40%", cette l'étude.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
8 000 adultes britanniques ont été suivis durant plus de 25 ans par l'Inserm pour déterminer s'il y a une corrélation entre sommeil et apparition de la démence. Photo d'illustration. (FR?D?RIC CIROU / MAXPPP)

Dormir moins de six heures par nuit entre 50 et 70 ans peut provoquer "un risque accru de démence", selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Inserm et d’Université de Paris, en collaboration avec University College London (UCL), publiée mardi 20 avril dans la revue scientifique Nature Communications.

Près de 8 000 adultes britanniques ont été suivis durant plus de 25 ans pour mener cette étude. Toutefois, "les résultats ne permettent pas d’établir une relation de cause à effet" mais ils "suggèrent que la durée de sommeil, dès l'âge de 50 ans, pourrait être impliquée dans le développement de la démence", explique à franceinfo Séverine Sabia, chercheuse à l'Inserm, qui a dirigé ces travaux.

Cycles de sommeil et maladie d'Alzheimer

Près de 10 millions de nouveaux cas de démence, comme la maladie d’Alzheimer sont rapportés chaque année dans le monde entier. Chez les patients, le sommeil est souvent altéré. De plus en plus de données suggèrent que les cycles du sommeil, avant même l’apparition de la démence, sont aussi susceptibles de contribuer au développement de la maladie. L’étude révèle "un risque de démence plus élevé de 20 à 40% chez les personnes dont la durée du sommeil est inférieure ou égale à six heures par nuit à l’âge de 50 ou 60 ans".

On observe également "un risque accru de démence de 30% chez les personnes âgées de 50 à 70 ans présentant systématiquement une durée de sommeil courte". Et cela indépendamment de leurs éventuels problèmes de santé cardiovasculaire, métabolique ou mentale, qui constituent des facteurs de risque connus de démence. "Le sommeil en milieu de vie pourrait jouer un rôle pour la santé du cerveau", ce qui "confirme l’importance d’une bonne hygiène du sommeil pour la santé", souligne l'Inserm.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.