La Croix-Rouge se restructure dans la douleur

Pour réaliser des économies, l'associations humanitaire française se lance dans un vaste chantier immobilier. Certains dénoncent un dévoiement des missions premières de la Croix Rouge. 

C’est un site qui vaut de l’or… 16.000 mètres carrés dans le 14e arrondissement de Paris : depuis 2006, le siège de la Croix Rouge s'étend sur l'ancien site de l'hôpital Broussais. A l’origine, le siège comptait 300 salariés. Aujourd'hui, il ne compte plus de 550 personnes. Selon la direction, les locaux seraient devenus trop petits. Cette dernière a donc décidé de raser l'ensemble des bâtiments pour se lancer dans une vaste opération immobilière. L'objectif : construire des logements sur une partie du site dont la plus-value permettra de financer la reconstruction du siège sur la partie restante. La plus-value attendue est de l’ordre de 100 à 150 millions d’euros.


En attendant, les salariés du siège vont déménager dans un bâtiment moderne, loué à Montrouge, en banlieue parisienne. Un déménagement trop coûteux selon les représentants du personnel. Ils dénoncent un projet pharaonique, réalisé au détriment des salariés à qui l’on refuse des augmentations depuis des années.

La direction assume un modèle plus entrepreneurial

Cette opération immobilière interpelle aussi le Pr Marc Gentilini, ancien dirigeant de la Croix-Rouge. Il regrette que l’association oublie sa vocation première : venir en aide aux plus démunis.

La direction, elle, assume cette mutation vers un modèle plus entrepreneurial. Les fonds publics représentent plus de 80% de son budget, contre 7% seulement pour les dons et legs de particuliers. Alors en période de restrictions budgétaires, elle doit faire des économies, en supprimant des postes par exemple, tout en trouvant de nouvelles recettes. Pour Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge il ne s’agit pas de dégager des bénéfices au profit des actionnaires mais bien de financer ses actions sociales.

La Croix-Rouge se restructure dans la douleur
La Croix-Rouge se restructure dans la douleur