L'espérance de vie dans le monde a augmenté de 5 ans et demi depuis 2000

Le rapport de l'OMS souligne des inégalités entre les hommes et les femmes d'une part, et les pays pauvres et les pays riches d'autre part.

L\'espérance de vie dans le monde a augmenté de 5 ans et demi depuis 2000
L'espérance de vie dans le monde a augmenté de 5 ans et demi depuis 2000

Entre 2000 et 2016, l’espérance de vie mondiale à la naissance a augmenté de 5 ans et demi, a indiqué jeudi 04 avril l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’occasion de la publication des statistiques sanitaires mondiales 2019. Les inégalités entre les pays riches et les pays pauvres persistent néanmoins.

Une espérance de vie plus élevée chez les femmes

Selon les données de l'OMS, une personne née en 2000 pouvait espérer vivre approximativement 66 ans. En revanche, celle qui est née en 2017, peut espérer atteindre les 72 ans.

L'espérance de vie des femmes est plus élevée (74,2 ans) que celle des hommes (69,8 ans). Autrement dit, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Et ce, dans le monde entier, en particulier dans les pays riches. "Lorsque les femmes ont accès aux services de santé, les décès maternels diminuent, ce qui augmente l’espérance de vie des femmes", a indiqué l’OMS dans un communiqué publié jeudi 04 avril.

Alors pourquoi un tel écart ? Il semblerait que les attitudes à l'égard des soins de santé diffèrent en fonction du sexe. Ainsi, "lorsque les hommes et les femmes sont confrontés à la même maladie, on constate souvent que les hommes ont moins recours aux services de soins de santé que les femmes" explique l’OMS.

Des inégalités, malgré les progrès réalisés

L’amélioration de l’espérance de vie depuis l’an 2000 s'explique en partie par la chute des décès d'enfants de moins de 5 ans, en particulier en Afrique subsaharienne, où des progrès ont été accomplis dans la lutte contre le paludisme, la rougeole et d'autres maladies transmissibles, selon l'OMS. L'espérance de vie a également augmenté grâce aux progrès réalisés dans la lutte contre le VIH/Sida.

L'OMS rappelle qu’il subsiste d'importants écarts en matière d'espérance de vie entre pays développés et pays en développement. Ainsi, dans les pays à faible revenu, l'espérance de vie est inférieure de 18,1 ans à celle des pays à revenu élevé. "Un enfant sur 14 né dans un pays à faible revenu décèdera avant son cinquième anniversaire", indique l'OMS.

Les statistiques ont été publiées à l'occasion de la Journée mondiale de la Santé qui se déroulera le 7 avril. Selon le Dr Samira Asma, sous-directrice générale de l'OMS, ces données "soulignent la nécessité d’accorder d’urgence la priorité aux soins de santé primaires en vue de la prise en charge efficace des maladies non transmissibles et de la réduction des facteurs de risque".