Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Une boîte au frigo pour retrouver les malades d'Alzheimer en fugue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Complément d'enquête. Une boîte au frigo pour retrouver les malades d'Alzheimer en fugue

En cas de disparition inquiétante d'un malade Alzheimer, direction... le frigo. Un dispositif tout simple imaginé par un enquêteur belge aurait permis de diviser par deux le nombre de décès chez les personnes égarées présentant ce type de troubles. Explications dans cet extrait de "'Complément d'enquête".

En cas de disparition inquiétante, direction... le frigo. En Belgique, on a imaginé une solution originale pour retrouver rapidement les malades d'Alzheimer, qui ont tendance à fuguer. Au milieu des conserves et des yaourts est placée une boîte spéciale. A l'intérieur, un dossier qui contient une photo et des renseignements basiques. Mais aussi la liste des endroits familiers du patient, vers lesquels il aura tendance à se diriger : les lieux où il a passé son enfance, où il a habité...

"Une heure gagnée, ça peut être une vie sauvée"

Ces renseignements sont destinés aux enquêteurs, comme David Rimaux, de la cellule Disparitions de la police fédérale belge. C'est lui qui a eu l'idée du frigo. L'endroit peut sembler insolite, mais il est facile à localiser rapidement dans n'importe quelle habitation. En effet, dans ce type de disparition, le temps est compté, insiste-t-il : "Une heure gagnée, ça peut être une vie sauvée." Une heure qui, sans cette boîte, sera peut-être perdue. Le policier qui entre au domicile d'une personne disparue va parfois mettre longtemps à recueillir, en questionnant l'entourage, des informations qui peuvent le mettre sur une piste...

Grâce à ce protocole, le commissaire Rimaux affirme avoir divisé par deux le nombre de décès chez les personnes égarées et présentant des troubles de type Alzheimer.

Extrait de "Les disparus d'Alzheimer", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 31 janvier 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.