Cet article date de plus d'un an.

Manche : rencontre à Granville avec Gérard Hudbert, mécano et pilote de vieux coucous

Publié Mis à jour
Manche : rencontre à Granville avec Gérard Hudbert, mécano et pilote de vieux coucous
Manche : rencontre à Granville avec Gérard Hudbert, mécano et pilote de vieux coucous Manche : rencontre à Granville avec Gérard Hudbert, mécano et pilote de vieux coucous
Article rédigé par France 2 - T.Paga, G.Sabin, S.Ruaux
France Télévisions
France 2

Vendredi 23 septembre, le 13 Heures part à la rencontre de Gérard Hudbert, mécanicien à l’aéroclub de Granville, dans la Manche. Il a retapé lui-même trois avions des années 50, sur lesquels il vole tous les jours. 

À 100 mètres au-dessus de la mer, Gérard Hudbert est aux commandes d'un monoplace de légende, le D31. "C'est tellement fabuleux, en l'air. C'est maniable, ça a tout pour plaire", assure-t-il. Depuis six ans, il vole presque tous les jours, avant de retourner à l'aérodrome de Granville (Manche). Il a trouvé sa passion à plus de 70 ans : un avion fabriqué en 1951. Dès qu'il se pose, il enfile ses habits de mécanicien. Ses avions, Gérard Hudbert les a patiemment remontés l'un après l'autre. Le modèle pèse à peine 200 kg, vole au Super et a coûté 2 500 euros. 

Une petite collection entre amis 

L'aéronautique est un sport d'équipe, aussi, il y a toujours un copain ou deux avec qui voler. Richard Deuve, membre de l’aéroclub de Granville, a fait carrière dans l'aviation d'affaires. À la retraite, il a retrouvé son ami. "Gérard, c'est un sacré professionnel. Il a l'avantage d'être pilote, et en plus d'être mécanicien", dit-il. Ensemble, ils ont constitué une collection de cinq avions : toujours le même modèle, et la même passion. L'aviation, Gérard Hudbert en a fait sa vie. Du sol au plafond, on trouve des posters, des figurines, et dans son téléphone, de nombreux souvenirs. Sa femme, Thérèse, est elle aussi pilote à ses heures. Libre comme l'air dans son avion, Gérard Hudbert s'est construit sa propre machine à remonter le temps. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.