Santé : la Dépakine, sa dangerosité dissimulée ?

Une étude alarmante sur la Dépakine révèle que cet antiépileptique peut provoquer des malformations chez les foetus. Plus de 10 000 femmes enceintes seraient concernées. Le point avec France 2.

FRANCE 2

Révélés par le Canard Enchainé, les chiffres sont accablants. Entre 2007 et 2014, plus de 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine, un antiépileptique commercialisé par Sanofi. Pourtant, le médicament comporte de gros risques pour les enfants. 30 à 40% de ceux qui y ont été exposés in utero souffrent de troubles du développement, 11% de malformations.

Une étude dissimulée

Des chiffres tirés d'une étude de l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) datant de  2007, dissimulés jusqu'à aujourd'hui. Les risques sont pourtant connus depuis longtemps, mais ils ne sont inscrits sur la notice qu'en 2006, de façon imprécise. Il faudra encore plusieurs années et les plaintes de familles pour que l'agence nationale de sécurité du médicament tire enfin la sonnette d'alarme.

Le JT
Les autres sujets du JT
La prise de l\'antiépiléptique valproate (Dépakine et ses dérivés) par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi 23 février 2016 par l\'Inspection générale des affaires sociale. 
La prise de l'antiépiléptique valproate (Dépakine et ses dérivés) par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi 23 février 2016 par l'Inspection générale des affaires sociale.  (GARO / PHANIE / AFP)