Santé : l'Anses alerte sur des substances chimiques dangereuses dans des fournitures scolaires

Dans une expertise, l'Anses révèle que des substances chimiques préoccupantes ont été identifiées dans des stylos, des colles, des crayons ou des cahiers. Elle recommande aux consommateurs de privilégier les fournitures ne contenant pas d'artifice.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune homme achète ses fournitures scolaires, le 21 juin 2022. Photo d'illustration. (NICOLAS CREACH / MAXPPP)

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte, dans une expertise publiée jeudi 7 juillet, sur la présence de substances chimiques dangereuses dans de nombreuses fournitures utilisées à l'école, à la maison ou encore au bureau, toutes marques confondues.

Ces substances chimiques préoccupantes (phtalates, chloroforme ou encore bisphénol) ont été identifiées dans des stylos, des colles, des crayons, des correcteurs mais aussi des cahiers. Elles peuvent, pour certaines d'entre elles, entraîner des effets sur la santé lorsqu'elles sont inhalées, ingérées ou simplement au contact de la peau.

Des fournitures utilisées au quotidien

L'Agence pointe le fait que ces fournitures sont utilisées au quotidien, notamment par des enfants, qui peuvent les porter à la bouche. Elle appelle à étendre la réglementation européenne relative aux jouets à ces fournitures, qui ne relèvent pas à ce jour de règles spécifiques.

Par ailleurs, l'Anses recommande aux consommateurs de privilégier les fournitures ne contenant ni substances parfumantes, ni paillettes ou autre artifice. L'Agence demande également aux fabricants de supprimer de ces produits et appelle au renforcement des contrôles.

L'expertise publiée par l'Anses s'appuie sur plusieurs études déjà publiées par le passé par des associations de consommateurs et des fédérations professionnelles de fabricants et distributeurs : le Danish EPA (L'Agence danoise de protection de l'environnement), l'Ademe, l'UFC-Que Choisir ou encore 60 Millions de Consommateurs).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.