Santé : des cabines de téléconsultation médicale installées dans des supermarchés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Santé : des cabines de téléconsultation médicale installées dans des supermarchés
France 2
Article rédigé par
F. Frédéric, O. Lévesque, S. Soubane, G. Halard, M. Dana, S. Giaume, G. Marque, C. Cournede, A. Boulet - France 2
France Télévisions

L'enseigne Monoprix a installé des cabines de téléconsultation médicale dans deux magasins en France. Comment fonctionne ce dispositif ? 

Une cabine de téléconsultation a été installée dans les rayons d'un magasin Monoprix. Derrière ses portes, se cache un cabinet médical virtuel, avec la promesse d'une consultation sans rendez-vous en moins de 15 minutes. Face à l'écran, il faut d'abord insérer sa carte vitale. Plusieurs choix sont ensuite proposés au patient : médecine générale, autres spécialités, paramédical ou encore un questionnaire Covid-19. 

Un objectif parfois détourné 


Une fois connecté, le médecin peut compter sur une batterie d'outils, comme un thermomètre, un tensiomètre et un stéthoscope. Cette nouvelle façon de consulter séduit autant qu'elle laisse sceptiques certains clients. "Je trouve ça plutôt intéressant, c'est pratique sur le lieu de passage (...). Après, je ne sais pas si j'aurais le réflexe ou si j'y penserais", confie une cliente du magasin. "C'est plus agréable d'aller voir le médecin", affirme une autre. Si l'enseigne est la première à équiper ses magasins, le dispositif existe déjà en pharmacie depuis deux ans. À l'origine, ces cabines devaient servir à lutter contre les déserts médicaux, mais l'objectif serait aujourd'hui parfois détourné, selon Jean-Paul Hamon, président d'honneur de la Fédération des médecins de France, qui en dénonce les limites : "Vouloir généraliser la téléconsultation, en faire une solution à la désertification médicale, c'est prendre beaucoup de risques avec les patients. C'est une dégradation de la qualité de prise en charge des patients."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.