Cet article date de plus de dix ans.

Prothèses PIP : l'Afssaps était avertie dès 2008, selon un chirurgien

Publié Mis à jour
France 3 Marseille
Article rédigé par
France Télévisions

 

Le chirurgien-plasticien Christian Marinetti, qui exerce à la clinique Phénicia de Marseille, où sont posées 600 à 800 prothèses mammaires par an, affirme avoir alerté dès 2008 l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) sur un taux anormal de ruptures de prothèses mammaires PIP.

 

 

Le chirurgien-plasticien Christian Marinetti, qui exerce à la clinique Phénicia de Marseille, où sont posées 600 à 800 prothèses mammaires par an, affirme avoir alerté dès 2008 l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) sur un taux anormal de ruptures de prothèses mammaires PIP.

Il évoque aussi d'une circulaire de décembre 2011 du ministère de la Santé qui interdirait aux centres autonomes de chirurgie esthétique, non affiliés à la Sécurité sociale, de retirer les implants mammaires PIP.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.