A Toulouse, les futurs professionnels de santé se recrutent dès le lycée

Au lycée Bellevue de Toulouse, une classe de préparation "PACES" entraîne les élèves de première et de terminale sélectionnés sur dossier à l’apprentissage particulier des études de santé.

A Toulouse, les futurs professionnels de santé se recrutent dès le lycée
A Toulouse, les futurs professionnels de santé se recrutent dès le lycée (Crédits Photo : © Pixabay / lil_foot_)

Et si la PACES démarrait dès le lycée ? C’est l’idée originale de Benoît Cadrieu, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) au lycée Bellevue de Toulouse, qui a créé il y a trois ans une classe de préparation au concours de la première année commune des études de santé (PACES).

Tout commence en 2011, quand Benoît Cadrieu organise des ateliers scientifiques de découverte des métiers de la santé. Il voit alors venir, tous les mercredis après-midi, "énormément d’élèves volontaires qui expriment des demandes sur la PACES" mais se sent "démuni pour parier sur la réussite de ces lycéens", témoigne aujourd’hui l’enseignant. En parallèle, il voit "bourgeonner des 'prépas privées' payantes, discriminantes sur la base des moyens financiers", raconte-t-il. A l’inverse de ces formations, la classe PACES du lycée Bellevue a été conçue pour donner sa chance à tous les élèves : la sélection a lieu dans les sept départements de l’Académie de Toulouse et la priorité est donnée aux candidats boursiers de façon à "casser l’autocensure des élèves les plus modestes", selon Benoît Cadrieu. Mieux, pour une absence totale de conflit d’intérêt, le recrutement est délégué à une commission rectorale chargée d’examiner les avis et bulletins constituant chaque dossier. Celle-ci en extrait alors une liste de 35 élèves choisis pour intégrer la première PACES.

A lire aussi : Pour réussir les concours, il n'y a pas que les prépas privées !

Laisser s’exprimer les vocations médicales

Parmi eux, Lise et Hichem, deux élèves de la première promotion Classe PACES du lycée Bellevue, aujourd’hui en PACES à la faculté de médecine de l’université Paul Sabatier de Toulouse. Tous deux sont attirés par les professions médicales "depuis l’enfance" : sage-femme pour Lise, médecin pour Hichem. "Je suis rentrée en seconde au lycée Bellevue, mon lycée de secteur. J’ai entendu parler de ce projet qui naissait alors et je savais que les places étaient limitées mais j’étais extrêmement motivée" nous raconte aujourd’hui Lise. Hichem venait quant à lui d’un autre lycée de la ville rose : "Ma professeure principale m’a parlé de cette classe en seconde lorsque j’ai fait mes vœux d’orientation. J’avais déjà conscience de la difficulté de la PACES donc je n’ai pas hésité une seconde" témoigne-t-il. Comme Lise et Hichem, les élèves sélectionnés "ont généralement des vocations médicales qu’on peut librement laisser s’exprimer et mûrir en prépa PACES" se félicite Benoît Cadrieu. "La contrepartie très agréable pour l’enseignant étant d’avoir des élèves très rigoureux, réguliers dans leur travail et qui possèdent une grande qualité d’écoute" ajoute-t-il.

"Donner aux élèves les clés pour qu’ils soient opérationnels dès le premier jour"

Pendant leurs deux années de classe PACES, les lycéens reçoivent un enseignement supplémentaire en méthodologie d’une part et en connaissances scientifiques d’autre part. Evaluations par QCM (Questionnaire à choix multiple), prises de note à l’aide d’un dictaphone, notations avec des points négatifs, classement des élèves, cours sur polycopiés, travail spécifique en biologie cellulaire, en génomique, en biostastiques, ou en anatomie… Sur les deux années de formation, un total de 90 heures est ainsi consacré à la préparation aux études de santé. Même les TPE (Travaux personnels encadrés) réalisés en classe de première portent obligatoirement sur une thématique médicale pour ces élèves particuliers. Un exercice que Hichem qualifie de "très formateur", car il permet aux bacheliers de rencontrer des professionnels de santé et de se situer dès la classe de première "à la frontière entre le lycée et le milieu des études de santé".

En parallèle, "les lycéens apprennent aussi à se connaître et avoir confiance en eux" rapporte Benoît Cadrieu. Au final, "nous faisons en sorte de donner à nos élèves les clés pour qu’ils soient opérationnels dès le premier jour de la PACES et qu’ils ne perdent pas de temps à comprendre comment fonctionner " explique Benoît Cadrieu.

Dernière particularité de cette formation, "tous les élèves participent à des cours de sophrologie en début d’année de première pour apprendre à canaliser leur stress" raconte l’enseignant. Puis, libre à eux de poursuivre les séances jusqu’à la fin du lycée.

"Sans la classe PACES, nous serions tombés de très haut"

Car toute cette préparation a un prix : "les élèves de la classe PACES sont soumis à une pression supplémentaire et doivent rapidement comprendre qu’ils ne sont plus des lycéens ordinaires" explique Benoît Cadrieu. "Le fossé entre la seconde et la première était énorme" concède aujourd’hui Lise. "J’ai pris sur moi car je savais que si je ne mettais pas en difficulté au lycée, j’allais l’être en PACES" renchérit Hichem. Mais le jeu en vaut la chandelle, selon ces deux étudiants qui ont vu les bénéfices de leur formation payer dès le début de la PACES. "En terminale, les enseignants nous disent quoi faire, mais à la fac, on est un élève parmi 1.000. En classe PACES, nous avions déjà appris à être autonome, à gérer l’échec, à être classés et à rebondir. Si on n’avait pas appris à se connaître aussi bien, on serait tombés de très haut !" nous confie Lise.

Même si les résultats de la première promotion du lycée Bellevue ne seront connus qu’à la fin de l’année scolaire, quand ces élèves pionniers auront les résultats de leurs concours, Benoît Cadrieu est confiant et rappelle que dans tous les cas, des solutions alternatives existent. "Il ne s’agit pas de faire miroiter une réussite. Nous travaillons également avec les formations paramédicales et des écoles d’ingénieur accessibles aux étudiants de PACES en cas d’échec" souligne l’enseignant.

PACES contre Parcoursup

Prochain défi pour le lycée Bellevue : adapter sa formation à la nouvelle sélection des étudiants prévue par la réforme des études de santé. Jusqu’à cette année, "les facs de médecine ouvraient largement leurs amphis et c’est la PACES qui constituait le filtre de sélection"rappelle Benoît Cadrieu. Mais la réforme prévoit de supprimer le numerus clausus. "Le filtre est alors reporté en amont de la PACES, sur Parcoursup*. Notre nouvel objectif sera donc d’amener sur Parcoursup les élèves qui ont les compétences et le profil qui correspondent à une entrée plus sélective dans les universités."

--

*Parcoursup est une application web destinée à recueillir et gérer les vœux d'affectation des futurs étudiants de l'enseignement supérieur public français lors de leur année de terminale.