Prix des mutuelles : le ministre des Comptes publics appelle "tout le monde à la modération"

Thomas Cazenave a également proposé de revoir le dispositif des franchises médicales afin que les Français ne payent pas "plus de 50 € par an pour les franchises".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Thomas Cazenave, ministre délégué aux Comptes publics était l'invité du 8h30 franceinfo du vendredi 22 décembre 2023. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

"L'augmentation des prix des mutuelles n'est pas justifiée", a affirmé vendredi 22 décembre sur franceinfo Thomas Cazenave, ministre délégué aux Comptes publics alors que les complémentaires santé prévoient une hausse moyenne de 8,1% de leurs cotisations en 2024, une hausse inédite depuis plusieurs années, selon une enquête de la Mutualité française parue mardi dernier.

"Le ministre de la Santé, qui était jusqu'à il y a quelques jours, Aurélien Rousseau, a pu le dénoncer publiquement, convoquant les mutuelles", a-t-il précisé. "J'appelle tout le monde à la modération sur l'évolution des prix des mutuelles", a-t-il surenchéri.

Par ailleurs, l'ancien ministre de la Santé, Aurélien Rousseau se disait fin novembre "prêt à porter" la hausse des franchises médicales pour mieux maîtriser les dépenses des médicaments. Elles augmentent de plus 4% par an. "Ce n'est pas soutenable", estime ce vendredi Thomas Cazenave. Le ministre délégué aux Comptes publics souhaite que cette hausse de la franchise médicale "soit mise en œuvre".

"Personne ne paiera plus de 50 € par an pour les franchises"

Il propose de "revoir un dispositif qui existe depuis 2008, 0,50 €, qui n'a jamais été revu ni par la droite ni par la gauche ni remis en question, pour l'augmenter de 0,50 €", propose-t-il. Cela fait "600 à 700 millions d'euros d'économies", précise-t-il. Ces économies ne se feront pas sur le dos des "malades chroniques" et "ceux qui sont en affections de longue durée (ALD)". Par ailleurs, il assure que "personne ne paiera plus de 50 € par an pour les franchises".

Selon lui, l'augmentation de la franchise médicale est "une forme de participation à l'effort collectif, à l'effort partagé". Mais, il prône également une lutte contre le gaspillage des médicaments, une meilleure prescription des médecins et une baisse des prix pour lutter contre les dépenses de santé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.