Propreté : pourquoi Paris est-elle toujours si sale ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vrai ou Fake. Propreté : Pourquoi Paris est-elle toujours si sale ?
France Info
Article rédigé par
M. Zambrano - franceinfo
France Télévisions

La ville de Paris traîne une réputation de ville sale. Si la capitale consacre un budget important à la propreté de ses rues, malgré ses efforts, elle peine toujours à réorganiser ses services de nettoyage. 

Les rues de Paris sont sales. Sur les réseaux sociaux, le #saccaparis s'est largement répandu. "Qu'est-ce que vous attendez pour intervenir ?", écrit un internaute sur Twitter en posant la photo d'une pile de carton et de déchet dans une rue de la capitale. La ville de Paris est-elle vraiment si sale ? Les habitants s'en plaignent depuis longtemps. "Elle laisse un peu à désirer", déclarait une passante dans une interview en 1968. "Les gens laissent leurs sacs poubelles au pied des arbres", observait une autre en 2003. 

Les éboueurs veulent plus de reconnaissance

Dès 1977, Jacques Chirac, alors candidat à la mairie de Paris, fait de la propreté un des thèmes centraux de sa campagne. Même chose pour Bertrand Delanoë en 2001. Mais en 2021, le problème ne semble toujours pas résolu. Les détracteurs d'Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, dénoncent un manque de budget alloué à la propreté. Actuellement de 550 millions d'euros, il est quasiment constant depuis 2017. Anne Hidalgo, le jugeant insuffisant, a promis de doubler ce budget d'ici la fin de son mandat pour atteindre le milliard. Et pourtant, c'est un des budgets propreté les plus élevés d'Europe. En Espagne, il s'élève à 88 euros annuels par habitant contre 255 euros à Paris. Parmi les problématiques liées à la propreté, les éboueurs par exemple, demandent plus de reconnaissance et plus de moyens. Et donc, le taux d'absentéisme tourne autour de 13 %, et les grèves se multiplient, déjà deux sur les 12 derniers mois. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.