Vidéo  Grossesse : "Ce silence imposé des trois mois est un non-sens absolu", déplore la députée Paula Forteza

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Comme la plupart des femmes enceintes, la députée Paula Forteza n'a pas révélé sa grossesse les trois premiers mois. Elle veut briser le silence.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Comme la plupart des femmes enceintes, la députée Paula Forteza n'a pas révélé sa grossesse les trois premiers mois. Elle veut briser le silence.

La députée Paula Forteza veut en finir avec le tabou des trois mois de grossesse et du silence imposé aux femmes enceintes pendant cette période. "Cette période qui est très dure à endurer physiquement parce qu'il y a des symptômes, quelques-uns plus connus comme, par exemple, les vomissements ou les nausées", explique la députée laquelle déplore que la première génération de féministes ait dû "cacher son corps, cacher ses particularités, pour accéder aux mêmes droits que les hommes".

Faire évoluer les mentalités

Selon Paula Forteza, le sujet doit être pris en compte d'abord au niveau culturel : "Il faut que chaque femme dise sa grossesse, même quand ça ne se voit pas, qu'elle demande de l'aide quand elle en a besoin, parce qu'on en a objectivement besoin à ce moment-là, et à son entourage, conjoint, conjointe, famille, amis, vraiment d'accompagner, d'être là, d'être patient, d'être compréhensif."

Aussi, elle estime que la recherche scientifique prenne davantage en charge et comprenne les causes de ces symptômes. "Pour pouvoir y trouver des soins, des médicaments, et donc ça, ça se fait en investissant vraiment dans des programmes de recherche dédiés à la grossesse", estime la députée. Enfin, elle prône une évolution au niveau du droit du travail. "Il faut que les femmes puissent avoir disons une modalité de travail aménagée par rapport à leur condition, à leurs problèmes physiques en début de grossesse", développe-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique de santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.