Mort de Naomi Musenga : la direction des hôpitaux de Strasbourg suspend "à titre conservatoire" l'opératrice du Samu

Une enquête administrative est en cours après la mort d'une femme de 22 ans, en décembre dernier. Après avoir auditionné l'employée, le directeur général, Christophe Gautier, a pris la décision de la suspendre. 

Naomi Musenga sur une photo non datée.
Naomi Musenga sur une photo non datée. (France 3)

La direction des hôpitaux de Strasbourg a suspendu à titre conservatoire l'opératrice du Samu qui avait reçu l'appel de Naomi Musenga, confirme à franceinfo son directeur général, Christophe Gautier, mercredi 9 mai. Ce dernier refuse d'évoquer ses échanges avec l'intéressée, mais il précise que les éléments qu'il a pu recueillir lui semblent "de nature à constituer un manquement à la procédure".

"J'avais déjà procédé à son affectation à un autre service le 2 mai, mais je n'avais pas encore procédé à son audition. C'est chose faite depuis avant-hier, dans le cadre de la procédure d'enquête administrative ouverte" après les révélations parues dans la presse en ligne locale. Naomi Musenga, 22 ans, est morte en décembre 2017 après avoir passé un appel au Samu de Strasbourg. Au téléphone, une opératrice s'était moquée d'elle et n'avait pas donné suite à sa demande. La jeune femme avait été prise en charge après un second appel à SOS Médecins, qui avait déclenché l'intervention du Samu. Mais l'état de Naomi Musenga s'était aggravé lors du transfert à l'hôpital, et elle n'avait pas survécu.

>> Ce que l'on sait de l'histoire de Naomi Musenga, morte après avoir tenté d'appeler le Samu

"Cette affaire a été portée à notre connaissance après la publication d'un article dans Hebdi" [le 27 avril], poursuit le directeur général, qui dit avoir pris connaissance de l'article au lendemain de sa parution. "J'ai alors pris la double décision d'ouvrir une enquête administrative et de rencontrer la famille de Naomi Musenga, explique-t-il, pour lui dire que nous partagions sa douleur et pour l'informer de cette enquête." La rencontre s'est déroulée le 3 mai, toujours selon la direction, en présence des parents et de frères et sœurs de Naomi Musenga.

Le directeur général doit rencontrer à nouveau la famille dans une quinzaine de jours, afin de lui présenter le résultat de l'enquête administrative. Christophe Gautier précise que la suspension de l'opératrice ne préjuge en rien des conclusions.