Mort de Naomi Musenga : l'opératrice du Samu "pense à changer de métier"

C'est ce qu'a déclaré son avocat, Olivier Grimaldi, vendredi, à BFMTV.

Photo non datée de Naomi Musenga rendue publique par l\'avocat de sa famille.
Photo non datée de Naomi Musenga rendue publique par l'avocat de sa famille. (CATHERINE FABING / MUSENGA FAMILY / AFP)

"Elle est énormément bouleversée." Après la mort de Naomi Musenga, l'avocat de l'opératrice du Samu qui a reçu l'appel de la jeune femme, a déclaré à BFMTV, vendredi 11 mai, que sa cliente "pense à changer de métier".

"C'est une personne qui fait ce travail depuis 2009 à peu près. C'est un agent confirmé, qui avait bien sûr fait une journée de 12 heures le 26 [décembre, trois jours avant l'appel de Naomi Musenga]", précise Olivier Grimaldi.

En moyenne, 2 000 appels par jour

"Quand vous avez 2 000 appels en moyenne (...) par jour et qu'on vous dit 'J'ai mal au ventre' (...), c'est vrai que le premier réflexe c'est de penser qu'il n’y a pas d'urgence absolue et qu'il faut aller voir son médecin traitant", avance l'avocat, remarquant que ces chiffres "n'excusent rien"

L'opératice du Samu a été suspendue à "titre conservatoire" et le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête préliminaire pour "non-assistance à personne en péril".