Modifier l’ADN d’un embryon ce n’est plus de la science-fiction

Une équipe de chercheurs basée aux Etats-Unis vient de publier une étude édifiante : ils ont réussi à modifier l'ADN d'un embryon pour en supprimer le gène d'une maladie. 

« Grâce à de très nombreux scientifiques dans le monde, nous avons trouvé les moyens pour tenter de corriger une mutation génétique, et par là d’essayer de guérir la maladie provoquée par la mutation », insiste Juan Carlos Izpisua Belmonte, professeur au Salk Institute.

Cette technique cible Une pathologie cardiaque héréditaire mortelle qui touche 1 personne sur 500. C’est l’une des premières causes de « mort subite du sportif ».

Une technique innovante 


Cette opération nécessite des « ciseaux moléculaires » capables de supprimer des parties indésirables du génome.

« Nous utilisons la technologie CRISPR/Cas9 qui agit comme un GPS pour localiser les mutations dans le génome et les cibler. Nous utilisons ensuite les capacités des cellules à se réparer elles-mêmes pour réparer les mutations », explique Jun Wu, scientifique au Salk Institute.

A terme, cette opération permettrait de supprimer d’autres maladies génétiques. Mais cela pourrait donner lieu à des dérives de sélection des caractéristiques physiques ce qui poserait de nombreux problèmes éthiques.

Modifier l’ADN d’un embryon ce n’est plus de la science-fiction
Modifier l’ADN d’un embryon ce n’est plus de la science-fiction (Brut)