Le syndicat des homéopathes porte plainte contre les 124 professionnels de santé signataires d'une tribune contre les "médecines alternatives"

Les plaintes ont été déposées pour "non-confraternité", auprès du conseil départemental de l'Ordre des médecins de chaque signataire, puis elles leur ont été adressées personnellement.

Les plaintes ont déposées auprès du conseil départemental de l\'Ordre des médecins dont dépend chaque signataire de la tribune.
Les plaintes ont déposées auprès du conseil départemental de l'Ordre des médecins dont dépend chaque signataire de la tribune. (GERARD HOUIN / BELGA MAG / AFP)

La riposte, quatre mois plus tard. Le Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF) a porté plainte contre les 124 professionnels de santé signataires de la tribune contre l'utilisation de médecines alternatives, publiée dans Le Figaro le 18 mars. "On a pris notre temps pour étudier le dossier. Les plaintes sont parties il y a deux semaines", confirme à franceinfo Charles Bentz, président du SNMHF, auquel adhèrent 2 400 médecins homéopathes sur les 5 000 qui exercent en France.

>> Effet placebo ou réelle efficacité ? Voici ce que la science nous dit sur l'homéopathie

Les plaintes ont été déposées auprès du conseil départemental de l'Ordre des médecins dont dépend chaque signataire, puis elles leur ont été adressées sur leur lieu de travail. Certains médecins concernés ont relayé cette information, mercredi 25 et jeudi 26 juillet sur Twitter, sans hésiter parfois à publier l'intégralité du courrier reçu.

En réaction à ces plaintes, un site internet de soutien a été créé. Il sera opérationnel le 3 août.

"On demande que l'Ordre prenne position"

Dans leur tribune, les 124 professionnels de santé demandaient au Conseil de l'Ordre des médecins de "ne plus autoriser à faire état de leur titre les médecins ou professionnels de santé qui continuent à promouvoir" l'homéopathie, la mésothérapie, l'acupuncture ou toute autre médecine dite "alternative". Ils réclamaient également à l'Ordre de "ne plus reconnaître" ces pratiques comme médicales, de ne plus les enseigner dans les formations, de ne plus les rembourser, de mieux informer sur leurs effets et enfin exiger des professionnels de s'en écarter.

L'homéopathie, comme les autres pratiques qualifiées de "médecines alternatives", n'est en rien scientifique. Ces pratiques sont basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse et sans risques.Les signataires de la tribune contre les contre les "médecines alternatives"en mars

Par conséquent, le SNMHF a porté plainte pour "non-confraternité". "C'est un problème pour des médecins de dire que les médecins homéopathes n'auraient pas droit au titre de médecin tout court, pointe Charles Bentz. On ne demande pas leur radiation mais on demande que le conseil de l'Ordre des médecins prenne position et qu'il vérifie s'il y a eu manquement au Code de déontologie des médecins." La sanction, dans ce cas, peut être le blâme ou l'avertissement, précise-t-il. Mais avant d'en arriver là, des réunions de tentatives de conciliation se tiendront dans chaque département en septembre. Une médecin a également été nommée conciliatrice dans cette affaire.