Le gouvernement veut favoriser l'implantation des pharmacies dans les territoires ruraux

Une ordonnance présentée par Agnès Buzyn devrait faciliter la création, le transfert, le regroupement et la cession des officines de pharmacie.           

Pour ouvrir une pharmacie, il faudra désormais \"tenir compte de l\'évolution des modes de vie\".
Pour ouvrir une pharmacie, il faudra désormais "tenir compte de l'évolution des modes de vie".

"Malgré une bonne accessibilité, il existe actuellement des disparités sur le territoire, notamment entre les zones fortement urbanisées, où l’on observe une surdensité officinale, et les zones rurales ou isolées, où l’accès aux officines est moins aisé pour la population" peut-on lire dans le compte-rendu du conseil des ministres du 3 janvier. Afin de remédier à cette situation, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a décidé de simplifier et de moderniser les conditions d’implantation des pharmacies.

A l’avenir, pour ouvrir une pharmacie, il faudra "tenir compte de l'évolution des modes de vie et de consommation". Le but est de favoriser les territoires ruraux, où l'accès au médicament est plus difficile, et ainsi "préserver le réseau officinal".

Simplifier la création et le transfert d'officines

Cette ordonnance tend par ailleurs à simplifier les relations entre les agences régionales de santé et les pharmacies. Objectif : alléger la procédure de demande d’autorisation de création, de transfert ou de regroupement d’officines. Les textes d’application de cette ordonnance devront être publiés d’ici au 31 juillet 2018. Ils viendront préciser les conditions de la mise en œuvre de ces nouvelles dispositions, notamment pour mieux définir les territoires dont l’accès au médicament est particulièrement fragile.

A lire aussi : "Les pharmacies françaises en souffrance"

En juillet 2016, les organisations du secteur de la pharmacie d'officine avaient alerté sur les conditions d'exercice de leur profession. Ils dénonçaient notamment des "fermetures brutales" et une "remise en cause du maillage territorial". "La pharmacie est bien souvent le seul poste avancé du système de santé et créateur d'emplois qualifiés dans les zones rurales et les quartiers difficiles", affirmaient les auteurs du manifeste, qui réclamaient "une réforme".