Cet article date de plus de quatre ans.

La revue médicale "Prescrire" favorable au retrait de l’Uvestérol D

Invité de franceinfo mardi, Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue médicale "Prescrire", s'est dit favorable au retrait de l’Uvestérol D. Ce médicament, au mode d'administration compliqué, serait à l'origine de la mort d'un nourrisson le 21 décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Uvestérol D est surveillé par l'ANSM depuis dix ans. (GARO / PHANIE)

Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de Prescrire, revue médicale destinée aux professionnels, était l’invité de franceinfo, mardi 3 janvier. Il réclame le retrait du marché de l’Uvestérol D. Selon lui, ce médicament "n’a aucun avantage et ne présente que des inconvénients par rapport aux autres médicaments".

Un nourrisson de dix jours est décédé le 21 décembre après l’administration de ce supplément, censé réduire les carences en vitamine D. "Dès 1996, raconte Bruno Toussaint, Prescrire racontait l’histoire d’une mère qui a vu son bébé faire un malaise grave suite à la prise de ce médicament."

Des réactions trop lentes face à l’Uvestérol D

Pour lui, il n’y a pas de temps à perdre, "il y a des produits de substitution qui ne sont pas incriminés. Plutôt que de se compliquer la vie à apprendre un mode d’emploi particulier et complexe pour l’Uvestérol D, il faut utiliser d’autres médicaments."

Depuis les années 2000, Bruno Toussaint alerte l’administration sur la dangerosité de l’Uvestérol D, mais selon lui, les réactions sont trop lentes. Il estime que les mises en garde de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne sont "pas efficaces".

Plusieurs responsables de centres de pharmacovigilance demandent également la suspension de l’Uvestérol D, mais l’ANSM se donne quelques jours de délai pour prendre une décision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médicament

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.